Accueil Élections fédérales 2019

Négociations fédérales: Wilmès «dispo» pour passer du Seize au Seize, mais le CD&V fait tanguer la Vivaldi

La Première libérale se produit à la Chambre ce jeudi. Son mandat est prolongé. Elle est candidate à sa succession. Elle est « disponible ». Mais ça tangue dans la Vivaldi : le CD&V est divisé. Pieter De Crem n’en pense que du mal…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Ce devait être le jour où la Vivaldi allait advenir. C’est raté. Partie remise ?

Ce jeudi 17 septembre à la Chambre, Sophie Wilmès, prenant la parole devant les députés (les chefs de groupe, en fait ; le Parlement est lui aussi sous la contrainte Covid), s’autorisera à prolonger son mandat d’une quinzaine de jours à la demande des sept présidents de partis composant la future présumée coalition Vivaldi. Ils ne sont pas prêts. Les négociations ont pris du retard. Notamment parce qu’Egbert Lachaert (Open VLD), l’un des deux préformateurs (avec Conner Rousseau, SP.A), avait été testé positif, ce qui a obligé tout le monde, un temps, à opérer par vidéoconférence. Selon le Standaard, les travaux vont reprendre en présentiel.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

49 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, jeudi 17 septembre 2020, 18:36

    Certains CD&V rêvent encore d'un gouvernement les regroupant avec le PS, le SPA,,,,et la NV-A.. Ils n'expliquent pas comment ils atteindraient la majorité. Dur, dur, de voir ses rêves s'envoler, Et pendant ce temps là, rien n'avance!

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 17 septembre 2020, 15:06

    @ André Lacroix : Quant un président de parti exprime un souhait (ici GLB de voir Sophie Wilmès reconduite au poste de 1ère ministre), ça n'est pas un diktat, c'est un souhait. Si les autres partis n'avaient pas d'autres choix que de l'accepter, alors oui, ça serait un diktat, mais on en est loin. En l'occurence, le MR est le 2e parti de la partition Vivaldi et Sophie Wilmès est assez populaire côté francophone que pour justifier cette préférence qui n'est en rien une exigence. Par ailleurs, dans une coalition de plusieurs partis, il n'y a pas un qui est "à la remorque" d'un autre. Des partis se sont entendus sur un programme commun, dans lequel les intérêts de chacun sont pris en compte en vertu de leurs poids respectifs. La logique voudrait que le 1er parti ait la ou le 1er Ministre, en l'occurence le PS, mais c'est au tour d'un néérlandophone après 3 francophones. Donc le souhait de GLB risque bien de ne pas se réaliser. Enfin, je ne pense pas que GLB puisse rêver d'une suédoise bis, qui n'aurait pas de majorité du tout, surtout après le coup de Jarnac de la NVA sur le pacte migratoire et la tentative échouée de confédéralisation du pays avec le PS, que les écologistes eux-mêmes (pas particulièrement à droite) avaient dénoncé.

  • Posté par Lucas Danièle, jeudi 17 septembre 2020, 14:23

    Alain Chaletet Juste Proponet sont des bots envoyés par l'extrème droite pour faire échouer le navire 'Belgique'. Cela sent très mauvais: il faut une équipe d'éboueurs pour examiner cette situation!

  • Posté par Léotard Marc, jeudi 17 septembre 2020, 15:28

    L'extrême droite n'est pas "une puissance étrangère malveillante". C'est juste un courant de pensée que vous voulez faire taire parce qu'il vous déplaît.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 17 septembre 2020, 15:23

    Van Obberghen Paul, un peu de sérieux. S'il s'agit de bloquer des comptes pirates de puissances étrangères malveillantes, il ne s'agit pas de censure!

Plus de commentaires

Aussi en Élections fédérales 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs