Accueil Opinions Chroniques

Maggie De Block et les douze petits N…

La Belgique se dit prête à accueillir 12 (pas 11, pas 13, mais 12) réfugiés en provenance de Lesbos. Mais comment la ministre De Block a-t-elle procédé à ce savant calcul ?

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Je soupçonne Maggie De Block d’avoir découvert récemment la Modeste proposition de Jonathan Swift et, la trouvant aussi géniale que l’œuf de Colomb, de l’appliquer pour résoudre le casse-tête de l’immigration, le tout-répressif (qui en avait jadis fait une star) ne faisant plus recette face à la détresse des réfugiés qui errent sur l’île de Lesbos après l’incendie de leur camp-prison-poubelle.

Publié il y a deux cents ans, cette Modeste proposition visait à apporter une suggestion originale au problème de la pauvreté en Irlande en « empêchant les enfants pauvres d’être à charge de leurs parents et de leur pays et de les rendre utiles au public ». Dans un pays ravagé par la famine et l’exclusion, Swift suggérait de supprimer les nourrissons en les vendant comme aliments.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Dechamps Fr, dimanche 20 septembre 2020, 22:13

    12.... Combien y avait il de réfugiés belges sur les routes en 40?

  • Posté par Marlier Jacques, dimanche 20 septembre 2020, 21:12

    :)))

  • Posté par Buda-Loeb Myriam, dimanche 20 septembre 2020, 18:14

    Encore et encore,débarrassez nous de cette bonne femme

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: La réforme de la politique agricole commune: une dernière chance pour l’environnement et le climat?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : L’intensification forcenée des méthodes de production agricole a fait de l’agriculture une ennemie et non plus une alliée du milieu naturel. Le niveau d’ambition environnemental et climatique affiché par la politique agricole commune réformée 2023 – 2027 pourrait-elle changer le paradigme ? Les financements conséquents qui sont programmés pour les quatre prochaines années suffiront-ils pour sauver l’arche de Noé ? Ou faut-il craindre qu’en raison d’une décentralisation accentuée les nouvelles mesures de soutien aux agriculteurs relèveront du greenwashing comme ce fut souvent le cas dans le passé ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs