Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

Vous avez de ces mots: {Gentil babil} sur quelques mots en -IL

Pourquoi a-t-on « gril » et « griller », mais « exil » et « exiler » ?

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Plusieurs billets de cette chronique ont déjà évoqué les difficultés que présentait la prononciation de certaines graphies pour les apprenants du français. Tel le digramme CH, souvent imprévisible : comment différencier chaos et chahut, archevêque et archétype  ? Ou cet « e dans l’o » que certains prononcent différemment dans œnologie et dans œuf.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Coets Jean-jacques, mardi 22 septembre 2020, 21:25

    Votre éclairage sur le "terril" me rappelle un mot anglais qui est généralement mal prononcé par les francophones, et qui a suivi une évolution un peu similaire. "Foreign" est souvent prononcé avec un "gn", un peu comme un /ñ/ espagnol à l'envers. Cependant, il s'agit d'une consonne silencieuse comme il en existe des centaines en anglais et... en français : /forein/. Or justement, ce mot vient du français "forain" et avant cela "forein" ! (Le forain étant avant tout un étranger à notre ville, les foires attirant les marchands venus des environs ou plus loin). Nous tenons le coupable... Par souci "étymologique" mal placé, les linguistes anglais lient "foreign" à "sovereign" (en français : souverain) et par altération à et de "reign" ou "reigne" en vieux français. Et voilà un 'g' bien silencieux, issu d'une coupable étymologie, qui empoisonne encore la vie des francophones qui s'escriment à parler anglais. Comme le 'l' de outil pour tous ceux qui tentent de maitriser les arcanes de la prononciation française !

  • Posté par Michel Francard, mercredi 23 septembre 2020, 21:01

    Merci, Monsieur Coets, pour cet intéressant parallèle.

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 20 septembre 2020, 11:14

    Je dois bien avouer un "hoquet" d'étonnement la première fois que j'ai entendu "tèri" ! Cependant, comme je me trouvais à Anderlues, quasi à l'ombre d'un terril, j'ai admis qu'ils devaient savoir comment prononcer ce mot dans la région.... Merci donc de votre clarification !

  • Posté par Michel Francard, dimanche 20 septembre 2020, 15:42

    Comme vous, je me fie à la réalisation "autochtone" des noms de lieu, même si elle heurte des habitudes de prononciation plus générales - et je la recommande. Le cas de "terri(l)", certes un peu différent, confirme le bien-fondé de cette position...

  • Posté par Michel Francard, dimanche 20 septembre 2020, 10:29

    Il convient de lire Jean HAUST, auteur des" Étymologies françaises et wallonnes" (1923). Veuillez excuser cette coquille...

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs