La saison 2020-2021 à l’Eden: les reprises étoilées à ne pas manquer

«
Is there life on Mars
?
».
« Is there life on Mars ? ».

Très attendu : « Normal »

Claire, voltigeuse équestre de 45 ans, au chômage, se retrouve embrigadée dans un bureau des objets trouvés, un sous-sol tombé aux oubliettes. Elle y fera la connaissance de ses nouvelles collègues, Christelle et Teresa, aux parcours de vie tout aussi insolites. Mélange de théâtre d’objets, de vidéo, de marionnettes et d’actrices sur scène, le spectacle questionne la valeur des choses et des personnes qui nous entourent. Sous ses allures fantaisistes, il décrit des réalités sociales souvent dramatiques.

Toute la saison.

Nos critiques des reprises

Grou ! * * *

Les 4 et 7 octobre

Dans une cuisine banale, Baptiste Toulemonde et Arthur Oudar voyagent dans le temps et l’espace pour nous emmener aussi bien sur la Lune qu’au temps des chevaliers ou sous les bombes de la Seconde Guerre mondiale. Avec un esprit d’aventure à la Indiana Jones, une scéno rock’n’roll et une imagination débridée, ils revisitent en accéléré l’histoire de l’humanité, pour se rassurer sur notre espèce, capable du pire et du meilleur. Dès 6 ans.

Un fils de notre temps * * *

Du 27 au 29 octobre

Benoît Verhaert adapte Un fils de notre temps d’Odön von Horváth, sur un jeune chômeur en manque de reconnaissance sociale qui va s’engager dans l’armée. Son fantassin porte l’uniforme des jeunesses hitlériennes et pourtant, la pièce résonne tristement avec notre époque et ses jeunes déboussolés qui, faute d’idéal, succombent à un radicalisme violent.

Bon débarras ! * * *

Les 6 et 9 décembre

Ce puzzle narratif et roboratif d’Alula se déploie dans un débarras avec des marionnettes plus vraies que nature et une histoire à tiroirs qui se déroule comme un jeu de piste, mélangeant les époques à travers le passé d’un même lieu. Les personnages nous emmènent de 1906 à nos jours, soulignant d’imperceptibles évolutions dans la société, comme l’éducation des enfants ou le statut des femmes. Drôle et captivant ! Dès 8 ans.

Alpha bêta * * *

Du 8 au 11 mars 2021

Expliquer les lois de la physique à coups de Pink Floyd, cirque et théâtre d’objet, c’est le pari réussi des Mutants. Et c’est parti pour une heure où la relativité flirte avec Deep Purple. Où les formules de Kepler se mélangent aux tours de magie. Où Galilée et Copernic propulsent des acrobaties à la roue cyr et les pirouettes d’un pendule. Dès 10 ans.

Ni oui ni non, bien au contraire * * * *

Les 14 et 17 mars

Le Professeur Pompon répond aux questions des enfants grâce à un théâtre d’objet d’une inventivité folle. Est-ce que les grands sont toujours les plus forts ? Si demain, c’est demain, alors pourquoi c’est plus demain quand on est demain ? Est-il possible que ma maman ne m’aime pas ? Grave ou plus légère, chaque question provoque la manipulation d’objets-métaphore. Une nouvelle perle d’Arts et Couleurs. Dès 4 ans.

Is there life on Mars ? * * * *

Du 22 au 25 mars

Héloïse Meire accomplit un petit miracle de délicatesse sur un sujet pourtant douloureux. Ni édulcoré ni plombant, sa mise en scène avance en douceur, touchant au plus près du quotidien des autistes et de leur entourage. La part documentaire (basée sur des interviews retranscrites sans pathos) est contrebalancée par des tableaux oniriques. La danse, la vidéo ou le son nous donnent à sentir une façon d’être sans jamais la fixer vraiment. Bouleversant !

Respire * *

Les 28 et 31 mars

C’est l’histoire de la rencontre, au quotidien, entre deux mondes, celui des adultes et celui des enfants, deux univers qui se croisent et s’entrecroisent. A travers le regard de la petite Lucy, ce spectacle de la Guimbarde veut interpeller sur la nécessité de prendre le temps, le temps de s’arrêter, le temps de s’écouter, le temps de rêver. Comme sa thématique, la pièce s’avère un peu flottante. Dès 10 ans.

Le champ de bataille * * *

Du 26 au 29 avril

Dans cette adaptation du roman de Jérôme Colin, mise en scène par Denis Laujol, c’est avant tout une guerre des nerfs qui se joue entre un fils dans la fleur (vénéneuse) de l’adolescence et un père dans l’épine (vicieuse) de la quarantaine. Usure du couple, sexualité au point mort, incompréhension de la moule provocatrice qu’est devenu son enfant, rancœur contre le système scolaire : notre homme (Thierry Hellin) va évacuer tout cela sur ses chiottes. Rythmé, drôle, attachant.

Il est où le A du Zébu ? * * *

Les 2 et 5 mai

Sur le principe, tout simple, de jouer avec les lettres de l’alphabet, ce spectacle de Fast Asbl se transforme en une chasse aux trésors complètement décalée. Si le « a » y joue à cache-cache, les enfants poussent surtout des « Oh ! » éberlués. Comme une partie de scrabble où les lettres se mettraient à chanter, danser, dessiner ou gratter la guitare électrique, le spectacle donne vie aux mots avec une fantaisie déchaînée. Dès 5 ans.

Cache-cache * * * *

Les 6 et 9 juin

Quelques coussins, deux couvertures et une table de chevet comblent les enfants grâce à la présence lumineuse d’un circassien et d’une danseuse. Ils se lancent dans des jeux d’abord innocents puis de plus en plus acrobatiques. Des portés aériens font naître des géants, des couvertures repliées accouchent de serpents, corbeaux et chevaux. Une petite lumière tapie derrière un paravent sculpte des ombres éphémères. Ludique et élégante pièce de la Guimbarde. Dès 18 mois.

Sur le même sujet
ThéâtreChômageAstronomie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous