Accueil Société Régions Wallonie

Se former en alternance pour un métier en pénurie sera gratuit

Pour Willy Borsus, « l’alternance, c’est tendance ! » Plusieurs mesures vont rendre l’accès aux formations de l’IfaPME plus facile et les filières plus performantes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le discours est bien connu : la formation en alternance peut contribuer au redressement de la Wallonie et à la lutte qui y est menée contre le chômage. Au temps du coronavirus, le constat est toujours d’actualité : cette même alternance, qu’il s’agisse d’étudiants dans le cadre scolaire ou d’adultes en réorientation, peut jouer un rôle important dans la relance économique et sociale.

C’est en tout cas la conviction de Willy Borsus (MR), le ministre en charge de l’IfaPME, l’organisme régional qui incarne cette politique : « Il faut investir dans les compétences pratiques pour relancer la Wallonie après cette crise. J’ai envie de dire : l’alternance, c’est tendance ! On peut se former à des métiers qui ont du sens et offrent des perspectives de carrière. On est souvent dans la modernité. Les métiers sont souvent en phase avec le développement durable. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par D G, jeudi 14 janvier 2021, 9:10

    Pour ce qui est du fond, l'auteur a fait un gros travail pour mal écrire. Pour ce qui est de la forme, j'ai du mal à voir pourquoi la FW-B se risque à refinancer ça. L'article parle de la formation pour devenir "assistant développeur" dont le seul avantage est d'être donnée à Charleroi, donc un des endroits où la fracture numérique est la plus élevée. Cependant, cette formation devrait être interdite à toute personne de plus de 20 ans. À cet âge, il serait peut-être temps de suivre une formation pour se remettre à niveau en mathématiques et en français et aller suivre un bachelier en informatique. La formation pour devenir "assistant développeur" participe à la fracture numérique parce qu'elle crée un employé sous-qualifié. 3 ans pour un programme obscur que l'IFAPME ne définit pas sur son site. Pour ceux qui se poseraient des questions, les formations du type "technicien en programmation" ne sont pas beaucoup plus utiles. Le seul avantage est la durée de ces formations qui est en général inférieure à la durée d'un bachelier.

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs