Accueil Société Enseignement

Vincent Blondel (UCLouvain): «Les universités ne peuvent réaliser l’impossible»

Le recteur de l’UCLouvain, fait face à deux projets de réformes : le décret paysage et la formation initiale des enseignants. L’occasion aussi de revenir sur les déclarations récentes de la ministre Valérie Glatigny.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

En débutant son second mandat le 1er septembre 2019, le recteur de l’UCLouvain était loin d’imaginer que, quelques mois plus tard, il devrait faire face à une crise sanitaire d’une telle ampleur. Le tout dans un contexte financier extrêmement compliqué.

En début de semaine, la ministre MR de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, a annoncé sa volonté de réformer le décret paysage. Adhérez-vous aux grandes lignes qu’elle met sur la table ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, samedi 19 septembre 2020, 20:22

    Le verbe "débuter" est intransitif. Un article du Soir sur l'université qui commence par une faute de grammaire ! L'influence du globish, sans doute... Le "Get up Wallonia !" de notre vaillant gouvernement régional en dit long aussi. Et, pour rester poli, je préfère ne rien dire de la RTBF...

  • Posté par Dupont Stéphane, samedi 19 septembre 2020, 10:44

    Toutes les réformes ont la même conséquence: nivellement par le bas, avec des dépenses de plus en plus importantes.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 19 septembre 2020, 6:08

    Les ministres de l'enseignement qui se succèdent sont quand même de fameux spécialistes : le rénové a entraîné des dépenses énormes et une diminution du niveau de l'enseignement, le décret inscription a engendré une pagaille indescriptible et intolérable, le décret paysage, installé à peine depuis cinq ans, a déjà montré ses faiblesses et doit être modifié. Valérie Glatigny semble bien partie pour respecter cette tradition d'aveuglement. Elle veut lancer la réforme de la FIE qui coûtera ... entre 400 millions et 1.2 milliards ! Si vous gérez vos finances de cette façon, vous finirez rapidement SDF !

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 19 septembre 2020, 14:08

    J’ai relu l’article comme vous le souhaitiez et pour vous éviter de devoir le relire, voici les extraits qui justifient pleinement mon commentaire. Pour le décret paysage « Je crois que tout le monde s’accorde à dire qu’une révision (du décret paysage) s’avère nécessaire. En particulier pour corriger les inégalités accentuées par le décret et qui, à l’origine, n’étaient pas vraiment prévues. » et « les dérives de ce décret sont bien plus nombreuses ». Pour la réforme de la formation initiale des enseignants (FIE), : « ce n’est pas le moment selon vous ? « Certainement pas ! je me range derrière l’inquiétude qui a été exprimée par une trentaine de doyens et enseignants dans une récente carte blanche. » « au-delà de l’aspect administratif, cette réforme va mettre les finances de la Communauté française à genoux. Le déficit estimé pour 2020 s’élève déjà à 1,6 milliard sur un budget annuel de 10,5 milliards. Et l’on évalue le coût induit par la FIE dans une fourchette comprise entre 400 millions et 1,2 milliard d’ici une bonne vingtaine d’années. »

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , samedi 19 septembre 2020, 9:16

    Je pense que vous devriez relire l’article attentivement

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs