Accueil Opinions Éditos

En 2024, on ne vivra pas de «scénarios»

Le temps pour les Wallons et les francophones est à l’action, sans plus aucun délai.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Si Bill Gates croit dans le dynamisme, la technologie et l’ingéniosité wallonnes, qui aurait encore le culot de douter du potentiel du sud du pays ? Ainsi, cette semaine, on apprenait que le milliardaire américain réinjectait 15 millions d’euros dans Univercells, une start-up du biopôle de Gosselies dans laquelle il a déjà investi 30 millions depuis quatre ans. Univercells, active dans le domaine des vaccins, est une de ces pépites des biotechs qui se multiplient en Wallonie. Créée en 2013 par un entrepreneur qui avait déjà montré son flair et un ingénieur, c’est un très bel exemple de la manière dont l’entrepreneuriat naît et se déploie désormais en Wallonie avec le soutien vertueux des deniers publics fédéraux, wallons et locaux, les deniers privés de Bill Gates mais aussi d’un petit groupe de particuliers et d’investisseurs belges connus, flamands et francophones.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Tron Emmanuel, dimanche 20 septembre 2020, 22:14

    Béatrice Delvaux a raison de rappeler les échéances de la Wallonie; hélas son appel relève plus de l'incantation que de la raison d'espérer : -le plan Marshall a été sorti du chapeau du gouvernement Wallon après un opuscule de Alain Destexhe en 2005, il y a plus de 10 ans, avec un maigre résultat; et la gouvernance est toujours en panne. -le supplément de la Libre Eco de cette semaine porte le titre de " 10 idées décoiffantes pour secouer l'économie wallonne", venant de 10 personnalités du monde économique, académique et social; hélas rien de bien nouveau (s'attaquer au coût salarial, réhabiliter les friches, pousser la recherche,...) -j'ai lu récemment que toutes les start-ups ont créé de l'ordre de 2.000 emplois en Wallonie ces dernières années, ARGEN-X , la biotech qui pèse 10 milliards en bourse, a un personnel de 200 personnes, Universells a un staff de l'ordre de 70 personnes en Belgique (30 l'étranger), ce n'est pas cela qui va impacter l'emploi de manière drastique en Wallonie. Ajoutons, les fameux entrepôts de données de Google qui n'utilisent pas les 100 personnes prévues au départ et n'apportent aucune valeur ajoutée locale à part un peu de béton et d'électricité (on se souviendra que les nouveaux bâtiments ont été (sont) réalisés avec de la main-d'oeuvre détachées qui ne respectaient pas la règlementation sociales!). -en regardant les emplois recherchés par Universcells, on constate qu'il s'agit d'emploi de haute qualification, hélas pas ceux que (re)forme le Forem. Bref, l'optimisme n'est pas de rigueur.

  • Posté par Martin D., dimanche 20 septembre 2020, 14:16

    La Wallonie est douée pour enrichir les capitalistes étrangers et flamands, pas pour améliorer les bien être de sa classe moyenne. Alors à quoi bon travailler pour créer une valeur ajoutée qui ira ailleurs ?

  • Posté par Gysen Eric, samedi 19 septembre 2020, 22:42

    Le socialisme/syndicalisme wallon est toujours et encore synonyme d'immobilisme. La "base" ne veut pas que ça bouge, comme dirait LE délégué, omnipotent dans tous les domaines de l'entreprise et de notre région. Notre pauvre petit Di Rupo en est toujours là. il faut réfléchir ! Et la base, troupeau de moutons bien dociles, suit, le cerveau saturé de propagande et de slogans d'un autre temps.

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 19 septembre 2020, 8:52

    C'est vrai et en plus les pointures parmi les politiciens prennent le large. Quant à ceux parmi la population qui ont travaillé toute leur vie au prix de nombreux efforts, ils en ont parfois assez d'entendre des discours de victimisation ou des promesses électorales impossible à concrétiser financièrement. Il reste une petite lueur d'espoir pour l'avenir, c'est la prise de conscience dans tout le pays que le replis sur soi n'est pas une bonne chose et que les bonnes volontés ont tout intérêt à rester unie devant les menaces de l'extrême droite ou bien devant celles des beaux discours vides de sens ou de véritable compétence.

  • Posté par Dentin Jean, samedi 19 septembre 2020, 9:33

    En Wallonie - Bruxelles, ce qui menace, c'est l'extrême gauche, pas l'extrême droite. C'est un cas très particulier dans le monde.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs