Tour de France: Richie Porte, 3e, a réalisé «son rêve absolu» après des coups du sort

Tour de France: Richie Porte, 3e, a réalisé «son rêve absolu» après des coups du sort
Photo News

Richie Porte a réussi à arracher la troisième place du classement général samedi lors du contre-la-montre à la Planche des Belles Filles et montera sur le podium du Tour dimanche, sur les Champs-Elysées. Une récompense pour l’Australien de 35 ans, victime de la malchance à plusieurs reprises au Tour.

« C’est un rêve absolu », a commenté Porte après l’étape. « J’ai grandi en regardant le Tour à l’autre bout du monde devant des gars comme Robbie McEwen, Cadel Evans, Bradley McGee et tous ces coureurs australiens. Décrocher enfin un podium est un sentiment incroyable. C’est ce que je voulais, pour la fin de ma carrière : la photo à Paris, sur le podium. Cela signifie beaucoup pour un cycliste, et enfin, c’est là. Après tous les drames que j’ai vécus ces dernières années, cela ressemble à une victoire pour moi. Il me faudra un certain temps pour que réaliser. »

Au début du Tour, Porte a manqué la naissance de son deuxième enfant, Eloise. « Quand le coronavirus a fait son apparition et que le Tour a été décalé, j’ai regretté de manquer la naissance. Mais ma femme Gemma m’a dit d’aller au Tour. La seule chose qu’elle m’a dite est que si elle me voyait à l’arrière du peloton, elle serait vraiment énervée. Je suis venu ici en sachant que j’avais une mission à remplir. Même si le cyclisme n’est qu’un jeu. Mais finir sur le podium, c’est ce qui fait que manquer la naissance valait la peine. »

Porte a pu compter sur le soutien des Belges Jasper Stuyven et Edward Theuns dans son équipe Trek-Segafredo. En conférence de presse, il a remercié ses équipiers, en particulier le Danois Mads Pedersen. « J’avais une bonne équipe autour de moi et ils avaient confiance en moi. Mads Pedersen a été incroyable, il croyait probablement plus en moi que moi-même. Tous les soirs, il venait dans ma chambre pour me dire ce qui allait se passer le lendemain, de rester calmer, de suivre sa roue et que tout se passerait bien. Et c’est ainsi que cela s’est passé. »

Porte a été un témoin privilégié de la lutte entre les deux Slovènes, Primoz Roglic et Tadej Pogacar, pour la victoire finale. « Ils étaient sur une autre planète. Je tire mon chapeau à Primoz Roglic : c’est dommage ce qui lui est arrivé samedi. Il a roulé une course incroyable, et méritait de gagner la course. Je n’ai rien contre Tadej Pogacar, c’est un immense talent. La jeune garde est terriblement bonne. Chapeau à Pogacar d’avoir été si agressif, mais l’année prochaine il aura plus de mal : les autres le surveilleront de plus près. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous