Ce qu’il faut retenir de la 21e étape et du Tour de France: Sam Bennett s’offre les Champs, Pogacar s’offre le Tour (vidéo)

Ce qu’il faut retenir de la 21e étape et du Tour de France: Sam Bennett s’offre les Champs, Pogacar s’offre le Tour (vidéo)
EPA

Les décisions sont tombées samedi, l’arrivée dans la capitale s’effectue dans la bonne humeur et une décontraction relative. On sourit, on prend des photos, certains posent déjà une coupe de champagne à la main.

Retour aux choses sérieuses néanmoins quand le peloton débarque sur les Champs-Élysées, le rythme s’accélère en vue de l’emballage final, le sprint massif le plus prestigieux du Tour, si ce n’est de la saison entière. Un quatuor recensant Van Avermaet, Schachmann, Swift et Perichon résistait jusqu’à 4 bornes du but.

Le train Deceuninck-Quick Step parvenait à prendre les choses en main dans un final nerveux pour lancer Sam Bennett sur une voie royale. La puissance de l’Irlandais ne laissait aucune place au doute, il s’imposait largement devant Pedersen, Sagan et Kristoff.

La deuxième victoire sur le Tour pour l’Irlandais, assortie d’un maillot vert amplement mérité. Quant à Pogacar, la plus haute marche du podium n’attendait plus que lui !

Les hommes du Tour

–  Tadej Pogacar entre dans l’histoire en remportant le Tour pour sa première participation. La veille de ses 22 ans, le Slovène termine aussi meilleur jeune et meilleur grimpeur de cette édition. Un succès éclatant, assortie de trois victoires d’étapes, preuve d’un talent, d’un caractère et d’une science de la course évidente, le gaillard se débrouillant souvent seul face au collectif qui entourait Roglic

–  Sam Bennett restera celui qui a privé Peter Sagan d’un huitième maillot vert. S’il n’en faisait pas un objectif au départ, l’Irlandais s’est montré régulier et même offensif en fin de Tour. Victorieux à l’Île de Ré, il a récidivé ce dimanche à Paris. Le maillot vert incarne bien cette fois le vainqueur du classement par points et un des meilleurs, si ce n’est le meilleur, sprinters.

– Élu Super Combatif du Tour, Marc Hirschi est aussi la révélation aux yeux de beaucoup. Le Suisse, ancien Champion du Monde Espoir, a dévoilé un caractère offensif combiné à un gros moteur qui lui ont rapporté un succès et deux occasions loupées de très peu. À 22 ans, le protégé de Fabian Cancellera semble également taillé pour les classiques.

Les équipes du Tour

–  Jumbo-Visma a impressionné par la force de son collectif au-delà des qualités individuelles de ses coureurs. Un recrutement intelligent, un modèle copié sur celui d’Ineos, l’équipe qu’ils ont détrônée. La direction sportive ayant sous-estimé le besoin d’enfoncer le clou, la formation néerlandaise a perdu ce maillot jaune pour laquelle elle avait tant donné. Les victoires d’étape resteront une maigre consolation.

–  Sunweb a amené un vent de fraîcheur sur ce Tour, une philosophie de la course qui fera des émules. Un cyclisme pratiqué comme un sport collectif par des coureurs qui se battent les uns pour les autres, chacun recevant sa chance en fonction des circonstances. Sans leader désigné, cette omniprésence leur rapporte trois succès et des éloges unanimes.

Les battus du Tour

–  Primoz Roglic avait tout maîtrisé et croyait n’avoir commis aucune erreur avant de comprendre qu’un viatique de 57 secondes serait insuffisant face à un adversaire survolté dans le chrono décisif L’aîné des Slovènes a connu un jour sans au plus mauvais moment et paie au prix fort l’oubli d’assommer la course quand les opportunités s’offraient.

– Lauréat du Tour 2019, on disait Egan Bernal parti pour un long règne. Chef de file unique chez Ineos-Grenadiers, le Combien ne recelait pas les jambes de l’an dernier, ni la sérénité du leader. Si quelques signes laissaient déjà présager cet échec, il a craqué d’une pièce dans le Pas de Peyrol, lors de la 13 étape, se retirant du Tour au matin de la 17e

– En perte de vitesse au propre comme au figuré, Peter Sagan sort de ce Tour sans victoire d’étape ni ce maillot vert qu’il avait remporté à sept reprises. L’âge et le manque d’envie semblent peser dans la tête du Slovaque autant que dans ses jambes.

Les Belges du Tour

– Un qualificatif pour résumer le Tour de Wout Van Aert  : omniprésent ! Sélectionné dans l’unique but de servir Roglic, le natif d’Herentals a saisi les opportunités offertes pour remporter deux sprints massifs, à Privas et Lavaur. Capable d'emmener dans les cols à un tempo redoutable même pour les grimpeurs, il endosse à juste titre le rôle de leader de la sélection belge pour les Mondiaux, avec d'évidentes prétentions tant pour le chrono que pour la route.

- Greg Van Avermaet, Jasper Stuyven et Tiesj Benoot ont tenté leur chance sans parvenir à concrétiser. Manque de chance ou d'audace selon les circonstances, ces hommes sortent en tout cas de ce Tour dotés d'une forme intéressante en vue de la course à l'arc-en-ciel dimanche prochain à Imola.

L'image du jour

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous