Mehdi Carcela après le succès du Standard face à Courtrai: «L’accueil du public m’a surpris et touché»

Mehdi Carcela après le succès du Standard face à Courtrai: «L’accueil du public m’a surpris et touché»

On joue la 84e minute de jeu. Courtrai pousse le Standard dans ses derniers retranchements. Monté au jeu un quart d’heure auparavant, Michiel Jonckheere vient buter sur Arnaud Bodart et réclame un coup de réparation. Que l’arbitre Jan Botterberg lui refuse, après avoir discuté avec Jasper Vergoote, le responsable du VAR, et avoir consulté les images. Après coup, le médian courtraisien, averti pour simulation, a du mal à masquer sa colère. « Je dois me retenir pour rester calme tant je suis frustré », lâche-il tout de go. « Comment l’arbitre n’a-t-il pas changé d’avis après avoir vu les images ? Je ne parviens pas à comprendre. Bodart, qui est en retard, me touche à 100 %. Pas avec ses jambes, mais avec tout le reste de son corps. Moi, je ne cherche pas le contact. Je sais que Courtrai est un petit club, mais on ne peut pas accepter ça… »

La détresse de Jonckheere contrastait avec le bonheur retrouvé de Mehdi Carcela, qui a apprécié son après-midi. À commencer par la réaction du public liégeois, qui a scandé son nom avant le coup d’envoi avant de lui réserver une formidable ovation à sa sortie du terrain, à la 82e minute. « Cet accueil m’a mis directement dans mon match après ces moments difficiles qu’on passe tous et que, sur un plan personnel, j’ai mal vécu », lâche le numéro 10 de Sclessin. « Il n’y a pas de mot pour décrire ça, cet accueil m’a sûrement guéri ». Parce que s’il sait que sa cote de popularité est toujours importante, Carcela n’avait pas prévu que les choses se passent de la sorte. « Si j’ai le Standard dans le sang, cela m’a surpris et cela m’a touché encore plus. Nos supporters étaient aussi contents d’être au stade. Disons que ça a été un bon moment pour tout le monde… »

« Toujours plus »

Mehdi Carcela en a bien profité pour régaler les 6.723 fans présents à Sclessin par quelques gestes techniques dont il a le secret. « Le problème n’a jamais été footballistique », reconnaît-il. « J’ai mal vécu le confinement et la crise sanitaire, ou en tout cas je l’ai moins bien vécu que d’autres. Je suis devenu un peu parano. On en a parlé avec le coach, qui savait que je n’étais pas bien dans ma tête. Mais ici, cela fait un mois que je me sens beaucoup mieux et que j’ai retrouvé le sourire… »

Avec, à l’arrivée, une prestation encourageante pour le Belgo-Marocain, pour sa deuxième titularisation après celle de Bala Town jeudi dernier. « Mon match ? On veut toujours plus », répond-il. « Je ne suis jamais content de moi. Je veux toujours faire plus mais pour un premier match (NDLR : en championnat), j’ai montré que j’étais là. J’ai joué mon jeu, l’équipe a bien joué au football et tout le monde a pris du plaisir. Que demandez de plus ? »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10891760-037

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Excel Mouscron: les Hurlus sont sans vestiaire

  • Sta

    Par Jonas Bernard

    Standard

    Le Standard se cherche toujours un leader en attaque

  • SOCCER JPL D10 KV KORTRIJK VS RSCA ANDERLECHT

    Par Xavier Thirion

    Anderlecht

    D1A: facile vainqueur de Courtrai, Anderlecht s’est enfin rassuré

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous