Accueil Belgique Politique

Attentats de Bruxelles: qui est Sébastien Joris, l’officier accusé par Jan Jambon?

Quelles responsabilités dans l’« affaire » Bakraoui ? L’officier de liaison belge en Turquie a été rudement mis en cause par notre ministre de l’Intérieur. Son nom : Sébastien Joris. Qui prépare sa défense.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Jan Jambon a reconnu sa responsabilité politique dans l’« affaire El Bakraoui », qui l’a poussé à proposer sa démission – refusée – au Premier ministre, mais il a trouvé sa victime expiatoire : Sébastien Joris.

C’est le nom de l’officier de liaison de la police fédérale à Istanbul, qui n’aurait pas transmis correctement et/ou dans les temps les informations relatives à l’arrestation en Turquie, près de la frontière syrienne, d’Ibrahim El Bakraoui, futur kamikaze à l’aéroport de Zaventem.

A la Chambre vendredi, le ministre de l’Intérieur a chargé : « Je ne peux que conclure qu’une personne a été pour le moins négligente, pas très proactive, ni très engagée. Une personne issue de l’appareil judiciaire a gaffé. »

Affaire classée ? Non.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Fernand Stenuit, lundi 28 mars 2016, 6:42

    Ce serait dommage de faire de cette affaire un problème communautaire.Attendons les développements et voir la réaction de l'ambassade belge en Turquie. Je ne suis pas un fan de Jambon, sauf celui d'Ardennes. Au demeurant, l'inaction des fonctionnaires belges est bien connue, et là-aussi il y a un sérieux coup de balai à prévoir . Tous les services sont politisés et syndicalisés à l'extrème. Celui qui veut faire du bon travail est prié de se calmer.

  • Posté par luigi cafagna, samedi 26 mars 2016, 21:58

    c'est toujours les petits qu'on écrase

  • Posté par Christian Binz, samedi 26 mars 2016, 15:36

    M.le Ministre Jambon a SES preuves! A M. Joris d'apporter les siennes. En étant passé par le "Comité R" il sait sans doute ce qui l'attend. Le "témoin" dont question dans l'article et le syndicaliste dans sa réaction au Soir, ne rendent pas service à M. Joris en se focalisant sur le manque de moyens financiers, humains etc et en qualifiant de ´"débordé" ....Qu'on lui f.... la paix au lieu de le culpabiliser d'avance comme on a fait avec le "gendarme Michaux" dans le dossier Dutroux.

  • Posté par OPHTACARD, samedi 26 mars 2016, 15:14

    Mr JAMBON, vous aviez raison, vous n'êtes pas à votre place. Démissionnez ! Vous n'êtes pas digne de représenter les femmes et hommes qui travaillent sous votre responsabilité. Alors qu'on ne connaît pas les noms des terroristes responsables de cette tragédie, vous vous permettez de donner le nom de l'officier sois disant responsable et cela sans aucune preuve... Quel courage ....

  • Posté par VAN WAGENINGEN CLAUDE, samedi 26 mars 2016, 12:05

    Ne voit-on pas là encore de l'hypocrisie flamande sur le dos d'un francophone ??

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs