Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Alternatives»: «Ce que j’ai dit au procès Charlie»

Pour notre chroniqueur Jean-François Kahn, qui a été appelé à témoigner au procès des attentats de « Charlie Hebdo » la semaine dernière, c’est l’effroyable concept de sacrilège ou de blasphème qui doit être remis au centre des débats.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

Quelle réflexion vous inspire l’évocation judiciaire de ce massacre ? »

L’autre vendredi, je témoignais au procès Charlie à la demande de l’épouse de l’une des victimes, le dessinateur Tignous. Il avait travaillé, avec moi, à L’Evénement du Jeudi, puis à Marianne, de même que Bernard Maris et Philippe Lançon, défiguré et auteur d’un livre admirable, Le lambeau. Tignous, lumineux de générosité, d’humanité, me rendait presque jaloux tant il pouvait, lui, en quelques minutes, de quelques coups de crayons, exprimer une opinion dont la force démonstrative dépassait souvent en efficacité celle de nos laborieux éditoriaux.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par PRAGER Harold, mardi 22 septembre 2020, 15:12

    Merci pour cette occasion de nous élargir l'esprit que vous nous proposez dans ces lignes monsieur Kahn! En effet, le fanatisme n'est pas que l'attitude fermée et réductrice qu'on observe dans les sphères religieuses, ou politiques. Sa nature est bien plus large, et sans doute qu'à y réfléchir deux fois le fanatisme est lié à tous les clivages que nous entretenons pour nous distinguer d'un autre dont l'existence pourrait dégrader l'opinion que nous avons de nous-mêmes, et de la pertinence de croyances que nous voudrions immuables, alors même qu'il ne s'agit que de croyances. C'est ainsi qu'il existe un fanatisme scientifique, entre tenants de telle ou de telle interprétation, sportif aussi, lorsqu'il s'agit de soutenir tel ou tel club de football, ou même artistique, voyant tel ou tel affirmer que telle œuvre de tel auteur ne serait pas de la 'vraie' musique, ou du 'vrai' théâtre. Le patriotisme n'y échappe pas, de même que toutes conceptions aptes à nous donner une image du monde et de nous-même qui nous justifie jusqu'à la destruction de l'antinomique et du non conforme. Ceci dit il existe un domaine dans lequel le fanatisme s'exerce encore plus, et de la manière la plus discrète, c'est le domaine de l'éducation, qui voit la plupart des parents et enseignants imposer à leurs enfants des valeurs et des modèles fermés et clivants, imposant une idée de de ce qui serait normal, ou pas, et donc aussi de qui seraient les 'gens biens', et les autres. Un détour bien utile pour nous faire réfléchir au rôle de l'éducation (à la maison, à l'école, dans les médias) dans l'apparition de "pensées uniques" et de fanatismes... comme dans l'apparition de génies libres et bienveillants, ce qui devrait nous faire réfléchir à la nature de la pensée et de la lutte à déjà mener en nous-mêmes sur ce front libérateur!

  • Posté par janssens claude, mardi 22 septembre 2020, 13:09

    Monsieur Kahn, ne serait-ce pas plutôt "le délit supposé d'atteinte au Sacré" plutôt que "le déni supposé d'atteinte au Sacré" , comme vous l'avez écrit (qui signifie exactement le contraire)? Ou alors, deviez-vous parler de "déni du Sacré" dans votre définition du blasphème...

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs