Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche – «Moria: et notre humanité dans tout ça?»

L’auteure de cette carte blanche a recueilli de nombreux témoignages de migrants du camp de l’île de Lesbos, récemment incendié. Elle tient à réagir face aux décisions politiques d’accueil plus que timides de la Belgique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Neuf septembre 2020. 6h00. Les flammes de Moria embrasent l’actualité. « La honte de l’Europe » (1) fait à nouveau parler d’elle. Plus de 12.000 migrants errent dans les rues de Lesbos. Devant l’épicerie de l’horreur, chacun (chaque Etat) fait son choix. En tant qu’avocate, en tant que citoyenne européenne et belge, j’assiste, atterrée, à cette actualité.

Je connais bien le camp de Lesbos. J’y ai travaillé à plusieurs reprises au sein d’une ONG (2) chargée d’accompagner juridiquement les demandeurs d’asile.

Chaque contact avec Moria m’est violent. Moria, c’est l’horreur. C’est un homme qui transporte dans son sac la photo de sa sœur égorgée afin de tenter de convaincre les autorités grecques qu’il est en danger de mort dans son pays d’origine. Il attend son audition depuis plus d’un an. Aucune prise en charge psychologique n’est prévue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par De Villers Léopold, mercredi 23 septembre 2020, 15:52

    Le manque de commentaires sur cette carte blanche semble bien montrer que cela n'intéresse pas grand monde. Mes excuses pour ceux-qui ne seraient pas au courant de la situation ou qui auront une réaction après mon commentaire

  • Posté par De Villers Léopold, mercredi 23 septembre 2020, 15:47

    La Belgique se comporte de manière indigne. Mais, si nos autorités se comportent de cette manière c'est malheureusement parce qu'une bonne partie des Belges ne sont pas prêts à accepter un plus grand nombre de migrants et là aussi c'est indigne. Le racisme est très répandu dans la population , les phrases du genre "Je ne suis pas raciste MAIS ....." s'entendent immédiatement dès que l'on aborde ces sujets. Il serait temps que l'on agisse pour lutter contre ce racisme en commencent par l'école.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs