Accueil Société

Commerce : le déclin des centres-villes frôle le point de non-retour

Le nombre de vitrines vides continue d’augmenter dans les centres urbains. La concurrence des pôles commerciaux périphériques tue la vocation commerçante de certaines communes. Un nouvel indice démontre cet effondrement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le confinement et la Covid-19 ont-ils eu un impact sur l’attractivité commerciale des centres-villes wallons ? La question a inspiré le baromètre annuel dressé par l’Association de management des centres-villes (AMCV) qui, sur la base d’une méthodologie constante depuis plus de quinze ans, ausculte la santé commerciale des cœurs urbains du sud du pays.

Cette méthodologie consiste à mesurer la densité commerciale (le nombre de bâtiments commerciaux d’un périmètre par rapport au nombre global de bâtiments de ce même espace) et le taux de cellules vides recensé dans cette zone prédéfinie. Une démarche qui, cette année, a donné lieu à une petite surprise. Ainsi, à Charleroi, « il faut désormais parler non pas d’un centre-ville mais de deux », constate Jean-Luc Calonger, président de l’AMCV et professeur retraité de géographie commerciale.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, mardi 22 septembre 2020, 22:31

    Ecolos+socialos= ruine et désolation.

  • Posté par Nijs Eric, mardi 22 septembre 2020, 22:04

    Braucoups plus de pauvres dans les villes voila l’explication. Donc mauvaise politique! Et faillite des commerces. CQFD

  • Posté par sirot bernard, mardi 22 septembre 2020, 18:41

    les Ecolos et leurs sbires vident les centre-villes sans que personne ne réagisse. Aussi bien en Belgique qu'en France...Sous prétexte de favoriser les cyclistes et les marcheurs et donc selon eux pour créer un certain art de vivre.. C'est dramatique pour le commerce et l'activité en général mais ils persistent. Désormais, en ce qui nous concerne, nous allons faire nos achats au village où en périphérie des villes où il n'existe aucuns problèmes de circulation ni de parking. Le commerce va connaître de profonds changements et on connait les raisons de cette cata. annoncée depuis longtemps...Bienvenue dans un nouveau monde...

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, mercredi 23 septembre 2020, 14:24

    Rien à redire. C'est exactement le constat que je fais. Les villes vont être vidées de leur trafic automobile, ouvertes aux seules personnes en bonne condition physique. Les centres sombrent de plus en plus dans la gentrification ce qui favorise le commerce de haut de gamme. Il y fera beau, calme, très calme, trop calme et le soir et la nuit, ce sera un vrai coupe gorge ( piétonnier de Bxl )

  • Posté par Denoel Paul, mardi 22 septembre 2020, 18:04

    Je ne sais pas comment on est arrivé à ne comptabiliser + - 1200 commerces pour Liège car pendant 10 ans ,(1999à 2010) on tournait à 1800 commerces. Je suppose que comme très souvent ,on arrive a trouver des aménagements aux critères retenus. Dans ce cas,je crois que vous avez accepter de diminuer le périmètre qui servait depuis 1998 comme référence et vous avez autorisé d'abandonner des dizaines de rues de vos statistiques. Quand ? Pourquoi? Un citoyen Liégeois et fier de l'être.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs