Accueil Médias

Liberté de la presse: la Belgique pousse son candidat à l’OSCE

Surprise : le gouvernement belge a proposé la candidature de Patrick Penninckx au poste de représentant pour la liberté des médias à l’OSCE. Un poste « ultra-touchy », symbole des tensions entre deux conceptions de la démocratie. Le haut fonctionnaire, expert et engagé, sort de sa réserve. Pour présenter la sienne.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 5 min

Si l’état de santé de la démocratie dans le monde se jaugeait à l’aune de la liberté de la presse, le curseur oscillerait depuis belle lurette dans la zone d’alerte. En témoignent les remous sous haute tension diplomatique qui secouent l’OSCE. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui regroupe 57 Etats censés œuvrer de concert pour des valeurs communes, est menacée de paralysie depuis juillet dernier. Certains Etats (comme l’Azerbaïdjan et le Tadjikistan, dans l’ombre de Moscou ou d’Ankara) ont en effet bloqué la reconduction des quatre plus hauts postes de l’institution. Exit, notamment, le Français Harlem Désir, occupant le poste « ultra -touchy » de représentant pour la liberté des médias depuis 2017.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs