Négociations fédérales: «Il faudra des signaux très forts de la part de certains», déclare Conner Rousseau

Négociations fédérales: «Il faudra des signaux très forts de la part de certains», déclare Conner Rousseau

Il faudra des signaux très forts de la part de certains » pour rétablir la confiance. C’est ce qu’a déclaré lundi soir, après avoir rencontré le Roi, le préformateur et président du SP.A Conner Rousseau. « Ce matin, il semblait impossible de rétablir cette confiance, mais si le Roi vous le demande, je vais essayer de rendre cette impossibilité à nouveau possible. »

Il était clair que Rousseau faisait référence au président de la MR, Georges-Louis Bouchez. Ce dernier avait mis en cause les autres négociateurs de la Vivaldi dans une interview donnée au magazine Humo.

« Je suis énormément déçu de voir que certains acteurs, plutôt que d’avancer, reculent en revenant sur les accords, en blessant les gens et en provoquant les partis », a déclaré Conner Rousseau. « Avec la meilleure volonté du monde, je ne comprends pas pourquoi quelqu’un voudrait que ce projet échoue ».

Le préformateur a indiqué qu’il avait signalé à de nombreux partis qu’il n’y avait plus de confiance. C’est pourquoi Lachaert et lui ont offert leur démiss ion au roi, qui a refusé et les a poussé à poursuivre le travail entrepris. Dans le même temps, le Roi a demandé aux partis de rétablir la confiance le plus rapidement possible.

Rousseau s’est dit honoré de recevoir à nouveau la confiance du souverain. Il continuera à chercher des solutions « avec tous ceux qui le veulent, mais aussi seulement avec ceux qui le veulent encore ». Afin de rétablir la confiance brisée, des signaux très forts seront nécessaires de la part de certains ». Il espère que maintenant, on mettra fin « aux absurdités, aux jeux et au sabotage ». « La récréation est terminée. “Het is money time”  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous