«Rendre possible l’impossible», «une dernière tentative»: la presse flamande réagit après le coup d’arrêt de la Vivaldi

«Rendre possible l’impossible», «une dernière tentative»: la presse flamande réagit après le coup d’arrêt de la Vivaldi
Photo News

Le roi Philippe a refusé, lundi, la démission des préformateurs Egbert Lachaert (Open VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Le duo est donc chargé de poursuivre son travail de préformation d’un futur nouveau gouvernement fédéral, appelé à remplacer l’exécutif minoritaire de Sophie Wilmès. Le souverain demande parallèlement « à tous les partis concernés de rétablir au plus vite la confiance ».

Egbert Lachaert et Conner Rousseau sont attendus au Palais pour un nouveau rapport « au plus tard le mercredi 23 septembre », soit ce mercredi. Ce qui laisse théoriquement le temps aux sept partis (PS, SP.A, MR, Open VLD, Ecolo, Groen et CD&V) d’accorder leurs violons, sachant qu’ils se sont engagés à inscrire une déclaration gouvernementale à l’ordre du jour du Parlement le 1er octobre.

Une mission qui s’annonce périlleuse et presque impossible selon la presse flamande. Le Nieuwsblad évoque une « dernière tentative » alors que De Standaard affirme qu’il faudra rendre « possible l’impossible. » Ce dernier estime que les préformateurs Conner Rousseau (SP.A) et Egbert Lachaert (Open VLD) devront recoller les morceaux entre George-Louis Bouchez et les autres négociateurs. Les médias flamands se montrent par ailleurs extrêmement virulents à l’encontre du président du MR. Il est notamment accusé par le Nieuwsblad de désespérer tout le monde et de ne pas s’en préoccuper.

La presse du nord du pays s’interroge également sur les différents scénarios possibles en cas d’échec. Dans De Morgen, il est ainsi question de l’éventualité de nouvelles élections.

Sur le même sujet
ÉlectionsOpen VLD
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous