Accueil Culture Scènes

«The quest»: famille (européenne), je vous hais

Cédric Eeckhout reconstruit son histoire familiale et amoureuse en parallèle avec les multiples fractures qui ont marqué l’Europe. Sa quête l’a poussé à questionner ses contemporains.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les superstitieux diront que c’était écrit. Avec des initiales pareilles, CE, comme Communauté européenne (aujourd’hui rebaptisée Union européenne), Cédric Eeckhout semblait destiné à psychanalyser les coïncidences qui jalonnent son parcours personnel et celui de notre vaste continent politique et économique.

Premier parallèle : son histoire familiale. Né d’un père flamand et d’une mère wallonne, le comédien baigne depuis tout petit dans un mélange de cultures. « La Belgique est par essence traversée de différences culturelles. Avec la présence des institutions européennes, l’anglais qui y est très parlé, les écoles internationales, le KunstenFestivaldesArts : pour un petit pays, on est très international ! »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs