Accueil Belgique Politique

Coronavirus: un deal à 6 millions d’euros entre l’Etat belge et ZenTech sans aucun test acheté

Après des mois de bataille médiatique et juridique, un deal a été trouvé entre l’État fédéral et la société liégeoise ZenTech. La commande est annulée, en échange d’un gros chèque de dédommagement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Va-t-on pouvoir enfin mettre un point final à la saga ZenTech ? Peut-être bien. Selon nos informations, un deal aurait été trouvé entre l’État belge et la société liégeoise qui fabrique des tests sérologiques rapides (ceux qui permettent de savoir si on a été contaminé au coronavirus via une simple piqûre au bout du doigt). Le cabinet du ministre du Budget, David Clarinval (MR), nous confirme que le nouveau contrat est en cours d’analyse par l’inspection des Finances. S’il est validé, – ce qui semble très probable –, on pourra enfin tourner la page de ce conflit aux multiples rebondissements.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, mercredi 23 septembre 2020, 11:35

    Rappelons que la vente est parfaite dès le moment où les parties sont d'accord sur la marchandise et sur le prix. (voir bon de commande).

  • Posté par Poels Celine , mercredi 23 septembre 2020, 11:01

    @lesoir.be => Bonne analyse de ce dossier. (cfr dernier paragraphe) Merci

  • Posté par Delronge Marc, mercredi 23 septembre 2020, 10:36

    "La politique est le rebus de toutes les professions honorables." Après 90 ans l'aphorisme de Georges Duhamel se vérifie toujours.

  • Posté par Theys Jos, mercredi 23 septembre 2020, 10:04

    Bonne décision. On décommande ce qui est devenu inutile et on dédommage le fabricant.

  • Posté par BYL Baudouin, mercredi 23 septembre 2020, 0:46

    Qu'auraient dit les contempteurs de ce contrat qui peupelnt cette rubrique de courrier s'il s'était avéré que ces tests avaient leur place dans l'arsenal et que nos autorités fédérales ne s’étaient pas mouillées dans l'inconnu pour en réserver pour nous? Faut-il rappeler comme on a critiqué le stock stratégique de masques , et comme on a pleuré de constater qu'il avait été détruit et non remplacé en 2019! Oui, il faut accepter de se mouiller et de prendre des risques dans des stratégies de santé publique. Si on l'avait plus avant, on n'en serait probablement pas là. Tellement facile de caricaturer et de critiquer a posteriori ....

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs