Accueil Société

Jupes trop courtes pour les filles, cheveux trop longs pour les garçons: des élèves se rebiffent

Depuis la rentrée, des groupes d’élèves contestent les règlements d’ordre intérieur de leur établissement, les jugeant sexistes. La députée Margaux De Ré (Ecolo) a passé au crible des dizaines de textes. Les pouvoirs organisateurs tentent de trouver l’équilibre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Le suivi d’éducation nous conduit aussi à exiger des élèves une tenue vestimentaire correcte et adaptée à leur activité […]. Si un membre de la Direction estime que la tenue de l’élève n’est pas correcte et ​décente​, l’élève sera envoyé à l’étude. » « Les bijoux et le maquillage des jeunes filles seront discrets. ​La boucle d’oreille chez les garçons n’est pas admise​ de même que les autres « fétiches ». Les cheveux des garçons doivent être courts​. » « Ne sont pas permis : les vêtements excentriques, les vêtements troués et ce même si on ne distingue pas la peau, les tenues servant à faire du sport, comme trainings ou débardeurs ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Morais Rose, mercredi 23 septembre 2020, 17:23

    @ Ask Just, d'accord avec vous. Mais dans ce cas-ci il y a aussi une grande discrimination pour les garçons. En lisant l'article et les commentaires, beaucoup semble être choqué par la discrimination faite aux jeunes filles, sans se rendre compte que les garçons sont tout autant discriminé car dans ce cadre-ci, il y a beaucoup de restriction sur l'apparence des garçons : pas de boucles d'oreille, pas de cheveux longs, pas de short ... Et si on veut aller plus loin, les femmes se sont battues pour mettre des pantalons comme les hommes, mais les hommes n'ont pas le droit de mettre des jupes comme les femmes ... chercher l'erreur !

  • Posté par karelle serge, mercredi 23 septembre 2020, 10:04

    On voit là la patte de l’islam!

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , mercredi 23 septembre 2020, 8:33

    Principale raison du pouvoir organisateur d interdire : la facilité. Et derrière la facilité se cache le sexisme, la tradition, une vision archaïque de la société dont les institutions ont peu ou prou conscience

  • Posté par Heymbeeck Joseph, mercredi 23 septembre 2020, 6:14

    Ben perso je n'ai pas eu ce prob. Pas de mixité à mon époque en humanités. En revanche, col et cravate obligatoires. L'école, malgré tout, apprend les choses de la vie...aussi. Pour avoir un boulot faut aussi savoir faire des concessions. Même si elles sont hypocrites. Et dès sorti de l'école, je mettais mon jeans tout neuf qui venait à peine d'apparaitre dans nos vies :) Je devais aller encore l'acheter dans un stock américain. Je ne veux pas faire le vieux réactionnaire, mais quand ça n'a plus été obligatoire, certains élèves montraient leur "classe sociale" par rapport aux autres, avec des vêtements de marque. Me souviens que ça a aussi fait l'objet de plein d'articles à l'époque sur le fait des mettre des articles "de luxe" pour aller à l'école...

  • Posté par Esquenet Alexandre, mercredi 23 septembre 2020, 5:37

    Un pur dérivé religieux, catho et islamo, pas reluisant tout ça.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs