Les FinCEN Files révèlent les liaisons dangereuses d’ING Belgique

Parmi les 2.100 « déclarations d’activités suspectes » qui ont fuité dans les FinCEN Files, le nom d’une banque belge apparaît plus souvent qu’à son tour : celui d’ING Belgique (dans 179 rapports).

Au-delà du chiffre brut, Le Soir et ses partenaires Knack et De Tijd ont analysé l’ensemble des 365 documents liés à la Belgique. Et il apparaît encore plus nettement qu’ING est la banque belge qui a servi d’intermédiaire au plus grand nombre de transferts « suspects » vers ou depuis des paradis fiscaux notoires, sur la période de ce Leaks (2011-2017).

Au cœur de ce nouveau volet de l’enquête coordonnée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), une pratique bancaire totalement méconnue du grand public : le « correspondent banking ». Prenez par exemple une banque logée dans une île exotique. Pour pouvoir effectuer un paiement en dollars, elle doit nécessairement disposer d’un compte auprès d’une banque dite « correspondante », établie aux USA. C’est ça le « correspondent banking ». Mais ça peut vite se compliquer. Si la banque des Caraïbes n’a pas de partenaire américain, elle peut ajouter un maillon à la chaîne. C’est-à-dire nouer une relation de correspondance avec une banque, belge par exemple, qui a elle-même un partenaire aux Etats-Unis. C’est ce type de service qu’ING Belgique a proposé à de nombreuses banques étrangères.

Or il apparaît qu’ING s’est choisi des partenaires basés en Lituanie, en Bulgarie ou à la Barbade dont la réputation laisse à désirer. Et, surtout, que ces partenaires ont utilisé cette relation de correspondance pour transférer les fonds de clients dont personne ne sait rien, si ce n’est qu’ils agissent derrière des sociétés écrans sans donner de détails sur l’origine des fonds transférés. Ce qui agite les sirènes d’un risque potentiel de blanchiment.

► L’intégralité de l’enquête sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous