Présidentielle aux USA: Facebook ferme des comptes chinois et prendra des mesures de restriction si l’élection tourne au chaos

Présidentielle aux USA: Facebook ferme des comptes chinois et prendra des mesures de restriction si l’élection tourne au chaos
Reuters

Facebook prendra des mesures exceptionnelles pour « contenir la circulation » de certaines informations sur sa plateforme si l’issue de l’élection présidentielle américaine tourne à la violence ou au chaos, a affirmé mardi un dirigeant du groupe dans un entretien au Financial Times.

Nick Clegg, vice-président de Facebook en charge des affaires internationales, a indiqué que le groupe de réseaux sociaux avait élaboré des plans pour gérer la circulation d’informations en cas de scénarios allant des tensions sociales à des contestations politiques.

« Nous avons des options d’urgence si l’on fait face à des circonstances chaotiques, voire pire, violentes », a confié M. Clegg au Financial Times, sans toutefois donner de détail sur les dispositions que prendrait Facebook.

Ces préparations à l’issue du vote du 3 novembre interviennent alors que le géant des réseaux sociaux est sous pression pour montrer qu’il n’est plus un moyen de désinformation massive comme dans les scrutins de 2016 ou le referendum britannique sur le Brexit.

« On a déjà agi dans d’autres parties du monde où il y avait une réelle instabilité sociale et on a les outils de toute évidence », a ajouté le dirigeant évoquant « des mesures très exceptionnelles pour restreindre la circulation de contenus » sur la plateforme.

Le journal rappelle que pendant des périodes de troubles au Sri Lanka et en Birmanie, Facebook avait réduit le volume de contenus que pouvaient partager ceux qui enfreignent les règles de façon répétée.

Récemment Facebook a retiré les comptes du groupe américain d’extrême droite Patriot Prayer, impliqué dans des violences contre des manifestants antiracistes à Portland dans l’ouest du pays, et dont l’un des membres avait été tué.

Fermeture de comptes chinois

Facebook a également annoncé mardi avoir supprimé de faux comptes, groupes et pages originaires de Chine qui publiaient notamment des contenus liés à l’élection présidentielle américaine de novembre.

« Nous avons retiré 155 comptes, 11 pages, 9 groupes et 6 comptes Instagram pour avoir enfreint nos règles contre l’ingérence d’acteurs ou de gouvernements étrangers », a indiqué Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook.

L’activité de ce réseau, suivi en tout par 133.000 comptes, se concentrait essentiellement aux Philippines et en Asie du sud-est, mais également, dans une moindre mesure, aux États-Unis.

Des messages positifs ou négatifs sur différentes personnalités politiques, dont le président américain Donald Trump et son adversaire démocrate à la présidentielle Joe Biden, ont été diffusés.

Mais les contenus concernant la politique américaine étaient peu nombreux et les comptes et pages n’étaient suivis que par une faible audience aux États-Unis, a précisé Facebook.

Les publications portaient en effet essentiellement sur des sujets asiatiques, dont les intérêts de Pékin en mer de Chine méridionale et l’activité des navires militaires américains dans cette zone ou encore la situation à Hong Kong.

Ils incluaient aussi des messages de soutien au président philippin Rodrigo Duterte ainsi que des louanges et des critiques de la Chine.

M. Gleicher a précisé que l’enquête menée par Facebook avait révélé que ce réseau était opéré par des individus dans la province de Fujian, dans le sud-est de la Chine, mais que le gouvernement chinois n’était pas impliqué.

Au total, le réseau n’a dépensé que 60 dollars, payés en yuans, pour sa campagne publicitaire sur la plateforme. Facebook a également affirmé avoir retiré une autre campagne de manipulation issue des Philippines, visant essentiellement une audience domestique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous