Accueil Société Enseignement

Le nombre d’élèves positifs au covid en augmentation: 5.478 élèves et 333 membres du personnel en quarantaine

Pour la troisième semaine de la rentrée scolaire, on totalise une moyenne de 80 cas pour 100.000 élèves.

Temps de lecture: 2 min

Le nombre de cas positifs au coronavirus signalés au cours de la troisième semaine de la rentrée scolaire fut en moyenne de 80 pour 100.000 élèves scolarisés dans l’enseignement fondamental et secondaire en Belgique francophone, a indiqué mercredi l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE).

Lors de la deuxième semaine de rentrée, ce taux n’était que de 36 cas pour 100.000 élèves.

À lire aussi Les cas de Covid se multiplient, déjà six écoles entièrement fermées

« Le pourcentage de tests positifs qui ont été réalisés pour des symptômes est en augmentation : 32 % la première semaine, 40 % la deuxième semaine et 53 % la troisième semaine », relève l’ONE sur base de chiffres livrés par les différents services de médecine scolaire.

Seuls 18 % des cas positifs peuvent toutefois être considérés comme la conséquence d’une contamination à l’école, selon l’ONE.

Au total, ce sont 735 élèves (inscrits dans 533 écoles) qui ont été testés positifs au cours de cette troisième semaine de cours, du 14 au 20 septembre : 24 dans le maternel, 242 dans le primaire, 454 dans le secondaire, et 15 seulement dans le supérieur.

Par ailleurs, 164 membres du personnel ont également été testés positifs durant ce même délai.

La présence de ces nouveaux cas a entraîné la mise en quarantaine supplémentaire de 5.478 élèves, et de 333 membres du personnel.

Au cours de la 2e semaine de classes, 2.006 élèves et 104 membres du personnel avaient alors été placés en quarantaine.

Le nombre d’élèves écartés temporairement des classes ne représente toutefois que 0,6 % seulement de l’ensemble des élèves du fondamental et du secondaire en FWB, souligne l’ONE.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 24 septembre 2020, 20:07

    Un nouveau critère? Le pourcentage de tests positifs qui ont été réalisés pour des symptômes est en augmentation : 32 %... Ce qu'il faut donner, c'est le nombre de tests positifs sur le nombre de tests réalisés! Ne changeons pas à tout bout de champ de système de mesure, comment voulez-vous comparer quelque chose????

  • Posté par Casier Etienne, mercredi 23 septembre 2020, 21:57

    Quel bazar ! Quel choc psycho-social pour les enfants et les parents ! Quelle paperasserie pour les généralistes ! Sans doute que dans la plupart des cas les affections sont mineures. Vu la lasagne institutionnelle il paraît que les règles ont été édictées par l'ONE, les PSE et l'AVIQ. Encore un machin où personne n'est responsable. Il serait temps que ce consortium se réunisse et prennent des mesures proportionnées au risque. Quant aux enseignants tout mon respect pour vous qui devez donner cours 7 heures par jour avec un masque. Combien de temps allez-vous tenir ?

  • Posté par Bauduin Dominique, mercredi 23 septembre 2020, 21:50

    Les enfants ne souffrent pas du Covid et le transmettent très peu, car leur charge virale est plus petite que celle d'un adulte. Si ils sont contaminés cela provient majoritairement d'un adulte. Par contre ils souffrent très fort des limitations et des obligations qu'on leur impose. Les ados pourraient transmettre plus car ils pourraient avoir une charge virale plus grande que les petits, mais ils ont aussi grandement besoin de contact sociaux pour leur épanouissement. En restant logique, le corps enseignant a donc peu de risque d'attraper le Covid à partir des enfants auxquels ils donnent cours, mais plus à partir des autres adultes qu'ils fréquentent - collègues, parents, direction et service divers. Quel est alors l'intérêt de porter le masque en classe, tant que les distances sont respectées et les locaux bien aérés, comparé à la qualité des cours?

  • Posté par Adriaens Jean-Luc, mercredi 23 septembre 2020, 20:30

    Les statistiques sont lénifiantes! Est-il envisageable de prendre en considération la charge émotionnelle que cela représente sur le terrain : les enfants et les ados perçoivent les réalités sans toujours percevoir la logique des décisions imposées; les enseignants agissent au mieux mais ont peur. Merci aux décideurs d'en tenir compte!

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une