«Bonne chance Belgique», «compromis à la belge»: la revue de presse au lendemain du CNS

«Bonne chance Belgique», «compromis à la belge»: la revue de presse au lendemain du CNS
Phot News

Nouvelle bulle de 5, quarantaine raccourcie à 7 jours : le gouvernement a annoncé une série de mesures allégées ce mercredi. Les Belges retrouvent certaines libertés, même si les chiffres du coronavirus sont tous en augmentation dans notre pays. Plusieurs journaux pointent ce non-sens du doigt. D’autres font part d’un sentiment de soulagement.

« Le CNS relâche un peu la bride et responsabilise davantage les Belges », titre La Libre. Si l’édito critique la communication maladroite de la Première, c’est le seul point noir relevé par le quotidien, qui estime que le gouvernement a bien compris la lassitude des Belges face à certaines mesures.

Pour la DH, il faut « s’estimer heureux » que « l’étau se desserre un peu plus ». Le quotidien salue la communication de la Première, qui « a su trouver le ton juste pour s’adresser à la population, sans dramatiser à outrance ni prendre les gens pour des imbéciles ».

Dans Le Soir, Béatrice Delvaux met en évidence l’incapacité du CNS à répondre à de nombreuses questions. En effet, la Première a annoncé un baromètre, une nouvelle bulle des 5, de nouvelles règles pour les voyages… et ne parle pas des écoles ou de la culture, par exemple. « On avait très mal ce mercredi pour la Première ministre Sophie Wilmès, donnant tout ce qu’elle avait, dans les deux langues, pour tisser une trame, expliquer, rassurer et en même temps alerter », remarque encore l’éditorialiste en chef.

Du côté néerlandophone

Le Morgen souhaite « Bonne nuit et bonne chance » à la Belgique, et critique les décisions du gouvernement, le « seul qui décide de relâcher la pression au moment ou les chiffres remontent ».

Het Laatste Nieuws voit un « Compromis à la belge » : « On ne peut qu’espérer que Wilmès et compagnie nous accordent plus de liberté car ils savent qu’une catastrophe n’arrivera pas, mais quelque chose en moi dit qu’ils sont plutôt des membres de l’orchestre du Titanic, qui nous font sourire pendant que le navire coule au fond », analyse le rédacteur en chef du journal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous