Accueil Opinions Chroniques

Je dirais même plus: «GLB, le méchant idéal»

La chasse au coupable idéal est très à la mode dans les milieux politiques ces derniers temps...

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Le pouvoir a besoin d’ennemis. Un bon ennemi de préférence, facile à identifier, à caricaturer, à dézinguer.

Macron ne serait pas président sans Marine Le Pen. Boris Johnson avait Jeremy Corbyn, dans le rôle du détestable faire-valoir, Trump pouvait compter sur Hillary Clinton pour décrocher la couronne.

Le mauvais de l’histoire n’est pas nécessairement un être humain. Une météorite, des extraterrestres, des gisements de schistes font aussi l’affaire. Ainsi que la Covid, une ennemie parfaite. Meurtrière sournoise, elle tue ceux qu’elle embrasse. Pas étonnant que la très mâle Académie française l’ait immédiatement classée dans le genre féminin, aux côtés de la mante religieuse et de l’huile de ricin.

Grâce à cette ennemie ombrageuse, les gouvernements de la planète ont pu prendre d’extraordinaires libertés avec nos libertés, inimaginables encore l’hiver dernier, sans susciter trop de protestations.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, dimanche 27 septembre 2020, 18:59

    Aujourd'hui j'aurais plutôt visé le VB et la NV-A plutôt que le MR. D'ailleurs, le MR dirige le gouvernement wallon et le gouvernement Wallonie/Bruxelles en cohésion parfaite avec le PS et ECOLO. Qui croit que le PS va retirer la prise du gouvernement wallon actuel comme le Président du CDH l'avait fait pour s'allier au ,,,,MR? Quelqu'un oserait nier que G-L B n'a encore toléré aucun projet de gouvernement. Il est aussi vrai que, bizarement G-L B ne veut plus du CDH.

  • Posté par Rossignol Thierry, dimanche 27 septembre 2020, 18:37

    On critique la personnalité de GLB mais c'est oublier que GLB a empêché PM de faire des concessions institutionnelles avec BDW et que GLB, encore lui, a réussi à décoller le CD&V de la NVA rendant ainsi la Vivaldi possible. Pas étonnant qu'il ne se soit pas fait que des amis.

  • Posté par G Jean Luc, dimanche 27 septembre 2020, 17:19

    Si je comprends bien votre point de vue, il n'y a pas beaucoup de gentils en politique? nous sommes un peu d'accord, beaucoup de charognards trainent par là. Et si GLB avait été moins là, peut-être que notre premièrE ministre serait mieux placée.

  • Posté par Werpin Jean Luc, dimanche 27 septembre 2020, 17:18

    Allons, allons !!! Ce cher Georges Louis est loin d'être le Méchant dans toute sa splendeur, c'est tout au plus un gamin prétentieux, méprisant, versatile. Le vrai méchant c'est le Colonel Olrik, Mr. GlouB ne lui arrive pas à la cheville.

  • Posté par Albert Leroi, dimanche 27 septembre 2020, 17:12

    Il n'hésite pas à faire remonter les odeurs d’égout pour aller chercher les voix des classes populaires. Il n'a que ce qu'il mérite.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs