Accueil Société

Marius Gilbert: «Il vaut mieux des règles plus souples suivies par 80% de la population que des règles trop strictes»

L’épidémiologiste estime que l’objectif des mesures du Conseil national de sécurité est de « recoller l’adhésion » de la population.

Temps de lecture: 2 min

Marius Gilbert était invité sur la matinale de La Première ce jeudi matin, où il s’est exprimé sur les mesures prises par le dernier Conseil national de sécurité.

L’épidémiologiste a commencé par expliquer qu’il n’était pas d’accord avec le terme « d’assouplissement », à l’exception des nouvelles règles pour la bulle de contact. « Ce qu’il faut retenir, c’est qu’on a cherché à rendre plus de cohérence et à harmoniser un petit peu les choses. »

Marius Gilbert estime qu’on assouplit ici dans un domaine où « l’inconvénient en terme en termes de perte de l’adhésion devient supérieur au bénéfice. Le sens commun vous montre que porter un masque quand vous êtes tout seul à l’extérieur est quelque chose qui n’a pas beaucoup de sens du point de vue épidémiologique. Cela a alimenté un sentiment d’incompréhension. »

« Il était essentiel de recoller cette adhésion, cela passait par diminuer un peu la pression au niveau des contacts parce qu’en fait la mesure était peut-être trop forte par rapport à ce que les gens étaient prêts à faire à ce niveau-là de l’épidémie, et aussi d’essayer d’enlever les dispositifs un peu inutiles qui font que les gens décrochent. »

En comparaison avec les autres pays européens où les mesures sanitaires se durcissent, Marius Gilbert ne considère pas que les décisions belges aillent à contre-courant : « Je pense vraiment qu’il vaut mieux des règles plus souples et suivies par 80 % de la population qui y croit que des règles trop strictes qui ne sont suivies que par 30 % de la population qui n’y croit plus. Et je pense que c’est vraiment ça le pari des autorités belges maintenant » a-t-il conclu.

À lire aussi Les contaminations s’envolent, la population se lasse: comment lutter contre le coronavirus

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Trevisan Lucio, jeudi 24 septembre 2020, 20:23

    Ha ! M. Gilbert me semble de nouveau sensé; à un moment donné il m'a fait peur. Entièrement d'accord avec Messieurs De Villers, Bauduin, Raurif, Ladeuze , Onckelinx et Steiner. Tout est dit.

  • Posté par Anciaux Louis, jeudi 24 septembre 2020, 18:54

    Bonjour si cela continue tout le monde voudra être du côté des 20%.

  • Posté par ladeuze olivier, jeudi 24 septembre 2020, 16:51

    Tuer l'économie c'est aussi tuer des gens à petit feu. Il faut que le fléau passe sans exploser nos hôpitaux et nos soignants. Chercher le juste milieu comme ils le font (où en tout cas, essaie de le faire face à une situation neuve) est en effet une solution bien plus honorable que le je m'en fous des autres de Bolsonaro et Trump.

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, jeudi 24 septembre 2020, 15:35

    Hier, lors de l'émission "ça se discute", un médecin a bien résumé ce que CNS devrait nous expliquer. Tous compte fait ce qu'on nous demande peut être assimilé à un traitement . Comme un prestataire de soins est tenu de le faire les décideurs auraient dû obtenir du maximum un consentement éclairé. La méthode devait donner des objectifs à atteindre la méthode pour y tendre mais aussi les "effets secondaires". En juin déjà Marius Gilbert en appelait à la responsabilité individuelle pour trop de belges il a prêché dans le désert. Espérons avec lui que les choses changent

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 24 septembre 2020, 15:08

    Monsieur Vassart, tôt ou tard, vous allez devoir passer devant le Créateur. Je vous le souhaite la plus tard possible mais, svp, laissez les personnes vivent librement masque ou pas et j'ai 82 ans et un masque qui traine dans mon pantalon depuis plus de ... 6 mois !, Alors, hein...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko