Négociations fédérales: trois activistes d’Extinction Rebellion arrêtés devant le palais d’Egmont

Le palais d’Egmont
Le palais d’Egmont - Dominique Rodenbach

La police a arrêté administrativement trois activistes du mouvement Extinction Rebellion (XR) jeudi entre 18h00 et 19h00, devant le palais d’Egmont, lieu des négociations pour la formation du gouvernement fédéral, a indiqué en fin de journée la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere.

« Quel est votre plan ? »

Les militants ont déployé une banderole portant le message « Quel est votre plan ? » avant de se faire rapidement arrêter. Ils n’étaient pas cette fois dans la zone neutre, un périmètre dans lequel les manifestations sont strictement interdites, qui s’étend du palais royal au parlement fédéral et au cabinet de la Première ministre. Les policiers n’ont cependant pas toléré l’action, au motif qu’elle n’avait pas obtenu une autorisation préalable.

« Un système économique toujours en croissance »

Les militants demandent à faire passer la crise climatique avant les mésententes politiques, qui freinent la constitution d’un gouvernement fédéral. « En tant que citoyens, nous ne pouvons rester les bras croisés pendant que nos politiciens gaspillent du temps à choisir avec qui collaborer ou non, alors que la biodiversité disparaît à un rythme sans précédent à cause d’un système économique toujours en croissance », souligne l’organisation.

Lundi en fin de journée, la police avait arrêté devant le palais royal, en marge d’une réunion du Roi avec les préformateurs du gouvernement fédéral, 13 activistes de Youth For Climate et de l’ONG Greenpeace, puis trois militants de XR. Mardi, ce sont cinq activistes de XR qui se sont faits arrêter devant le 10, rue de la Loi. Il y avait encore eu huit arrestations administratives devant le palais royal mercredi vers 18h30.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous