Accueil Immo

La vente en viager: un concept prêt à être dépoussiéré?

Une agence bruxelloise vient de lancer « Happy Viager », une formule commerciale qui revisite la vente en viager. De quoi redynamiser ce marché très confidentiel ? Certains freins sont en tout cas levés.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Certains le voient comme une bonne solution pour maintenir les personnes âgées à domicile, d’autres digèrent mal le cynisme qui l’accompagne. Il faut dire – difficile de l’écrire autrement – que réaliser un achat en viager, c’est souvent « attendre » le trépas (pas trop tardif, si possible) du vendeur. La formule, en tout cas, séduit peu. En Wallonie, le SPF Finances a répertorié 221 actes de ventes en viager en 2018, et 280 en 2019, soit 0,73 % des 38.500 transactions réalisées dans le sud du pays l’année passée. D’après la fédération du notariat, FedNot, ce « micromarché » représenterait moins d’un pourcent des ventes immobilières sur l’ensemble de la Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Domb Daniel , dimanche 27 septembre 2020, 12:38

    Le concept de la vente d un bien couplée a la signature d un bail à vie n est pas neuf mais reste peu fréquent. L' acquéreur se retrouve avec un bien qui lui offre un bon rendement, mais le bien étant grevé d une occupation à vie, il sera plus difficile à revendre. Enfin si le vendeur est relativement jeune, en payant un loyer disons pendant 20 ans au taux de 4% (minimum) attendu, et indexé qui plus est, il ne restera pratiquement rien du capital de départ, Au contraire, dans la vente en viager classique, vous êtes assurés de garder l usufruit ad vitam, et les rentes perçues augmentent avec l index. Tout est question de bien calculer le coût qui sera notamment fonction de la durée de l occupation. Il me semble que le terme "viager" utilisé ici n est pas approprié et ne sert qu à attirer l attention sur un soi-disant "nouveau concept".

  • Posté par Wafellman Fabienne, dimanche 27 septembre 2020, 9:29

    Il faut distinguer le viager occupé et le viager libre. Dans les deux cas, de plus en plus, la rente viagère est limitée dans le temps (15 ou 20 ans) ce qui permet à l'acheteur de connaître la fin de son engagement et une idée du coût total de son investissement (la rente viagère étant indexée). La vente en viager est une excellent solution si vous avez un deuxième bien - et que vous n'avez pas d'héritiers ou qu'ils n'en ont pas besoin - vous vendez celui-ci en viager libre, la rente est plus élevée et le vendeur n'a plus aucun soucis quant à la gestion de ce bien, l'acheteur lui peut disposer du bien à sa guise : l'occuper ou le louer. Et le vendeur dispose d'un revenu complémentaire à sa pension non taxable pendant la durée de son contrat. Renseignez-vous bien !

  • Posté par mauroy charles, samedi 26 septembre 2020, 13:08

    Le viager ne vaut que si vous êtes vraiment seul sur terre. Et encore pourquoi des institutions qui ont les reins plus solides ne s'intéressent pas à ce genre d'investissements. Genre AIS

Aussi en Immo

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs