Contre-la-montre des Mondiaux à Imola: succès de l’Italien Ganna, Van Aert médaillé d’argent (vidéo)

Filippo Ganna est devenu champion du monde du contre-la-montre vendredi à Imola. L’Italien, grâce à un temps de 35 : 54.10 (52,981 km/h) au terme des 31,7 kilomètres du parcours, a devancé le Belge Wout van Aert (36 : 20.82) et le Suisse Stefan Küng (36 : 23.90). Victor Campenaerts s’est classé 8e (36 : 46.91).

Dix-septième des cinquante-sept concurrents à s’élancer, Edoardo Affini a signé le premier temps de référence en 37 : 25.62. L’Italien de 24 ans a longtemps occupé la tête du classement provisoire, jusqu’à ce que Geraint Thomas ne vienne pulvériser son temps. Le Britannique, qui disputait son premier contre-la-montre lors des Mondiaux, a placé la barre haut en 36 : 31.12 (moy. 52,086 km/h).

Vainqueur du Tour 2018, Thomas a vu Wout van Aert le déposséder du meilleur temps. Pourtant 6e après 14 km de course, le champion de Belgique de la spécialité, très en forme depuis la reprise de la saison, a signé le temps de 36 : 20.82 (52,349 km/h).

Mais l’homme en forme depuis la reprise a finalement dû s’avouer vaincu face à la fusée locale, Filippo Ganna. Dominateur et spécifiquement préparé pour l’occasion, le médaillé de bronze en 2019 a apporté à l’Italie le premier titre mondial dans la spécialité. Il a terminé avec une avance de 26.72 secondes sur ‘WVA’.

Le Suisse Stefan Küng a lui confirmé les espoirs placés en lui en terminant 3e, à 29.80 de Ganna.

La Belgique, qui espérait pouvoir placer ses deux hommes sur le podium vendredi malgré l’absence de Remco Evenepoel, a vu Campenaerts terminer à la 8e place. Le détenteur du record de l’heure et dont ce rendez-vous était l’un des objectifs principaux d’une saison 2020 chamboulée, a signé le temps de 36 : 46.91 (moy. 51,732 km/h).

Sevré de victoire depuis son succès aux Mondiaux 2019 dans le Yorkshire, l’Australien Rohan Dennis a terminé 5e, juste devant Geraint Thomas.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • EPA

    Par Sébastien Close

    Route

    Tour d’Espagne: l’inhabituelle disette d’Alejandro Valverde

  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous