Accueil Belgique Politique

Attentats: interrogations sur le rôle du centre de crise

Le métro a été fermé une heure après l’attentat à l’aéroport. Aurait-on dû le fermer plus tôt ? Et qui aurait dû prendre la décision ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Aurait-on dû fermer le métro plus tôt, le 22 mars ? La polémique est née avec les propos de Jan Jambon, vendredi, en commission de la Chambre. Le ministre de l’Intérieur avait en effet déclaré : « Nous avons interrompu la circulation des transports publics à Bruxelles avant l’attentat dans le métro. En effet, à 8h50, nous avons opté pour l’évacuer préventivement. Quelques minutes plus tard, à 9 h 11, l’explosion s’est produite à la station Maelbeek. » Pour rappel, l’attentat à l’aéroport a eu lieu à 7h58. Des propos que conteste la Stib qui, par sa porte-parole, a fait savoir qu’elle n’avait «  jamais reçu de demande du gouvernement fédéral d’arrêter le métro ». Invité à réagir, cet après-midi, à ces propos, Jan Jambon a indiqué qu’il fallait « examiner avec les différents partenaires ce qui s’est produit » puis a lâché « voyez avec la Région bruxelloise ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs