Accueil Société

Comment le faussaire de Saint-Gilles arrêté en Italie était connu des services belges

Djamal Eddine Ouali est soupçonné d’avoir produit les faux papiers des terroristes. Son atelier de la rue des Fortifications avait été démantelé en juillet 2015, le même jour que l’arrestation, à Hoboken, de braqueurs liés aux filières djihadistes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

L’arrestation, samedi à Bellizi (Salerne), de l’Algérien Djamal Eddine Ouali, 40 ans, résulte un mandat d’arrêt européen (MAE) émis par la Belgique le 6 janvier.

L’homme, suspecté d’avoir produit dans un atelier de faussaires à Saint-Gilles les documents falsifiés utilisés par les auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles, a été arrêté en pleine rue par des unités de la DGIOS (anti-terrorisme italien). Ouali avait introduit vendredi (sous vrai nom !) une demande de reconnaissance au titre de réfugié à la préfecture de Salerne. La vérification de son identité avait permis de découvrir son nom sur les listes d’Interpol. La police belge avait confirmé vendredi soir qu’il s’agissait bien du Ouali faisant l’objet du mandat d’arrêt belge.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs