8 fausses croyances sur le chauffage

8 fausses croyances sur le chauffage

1. Monter le thermostat à 25°C pour chauffer plus vite à 20°C !

Non ! Ce geste est inutile. Vous n’atteindrez pas plus vite les 20°C en réglant le thermostat à 25°C. En effet, le thermostat d’ambiance n’influence pas la température de l’eau qui circule dans les radiateurs mais il agit en mode on/off sur le circulateur. Dès lors, le temps nécessaire pour augmenter la température de X degrés dans une pièce sera exactement le même, que vous régliez votre thermostat sur 20°C ou 25°C. Par contre, le circulateur ne se coupera que lorsque la température atteindra effectivement 25°C et vous augmenterez donc votre consommation de gaz naturel ou de mazout.

Le bon geste ? Remplacer son vieux thermostat par un thermostat intelligent. Ce type d’appareil calcule le temps nécessaire pour atteindre la température souhaitée. Vous avez ainsi la garantie que votre maison sera chauffée à la température voulue au moment où vous le désirez. Par exemple lorsque vous rentrez du travail ou quand vous prenez votre petit déjeuner. Lisez ce guide de comparaison pour bien choisir votre thermostat intelligent.

2. On ne remplace pas une chaudière qui fonctionne, même si elle est vieille

Oui et non. Pourquoi changer si ça fonctionne toujours, nous direz-vous ? Sauf qu’une chaudière de plus de 15 ans n’affiche plus un rendement optimal. Celui-ci chute souvent sous les 75%. Conséquence : vous consommez plus de combustible (jusqu’à 30% !). De plus, une chaudière qui ne respecte plus les critères de rendement pourra être déclarée non conforme lors du contrôle périodique obligatoire (tous les ans pour une chaudière au mazout, tous les deux ans pour une chaudière au gaz à Bruxelles et tous les 3 ans en Wallonie) et être déclassée. Enfin, une vieille chaudière a plus de risque de tomber en panne, avec des frais onéreux à la clé et peut-être des difficultés à trouver les pièces. Sans parler des normes environnementales qu’elle ne respecte plus…

Une nouvelle chaudière à condensation peut vous faire économiser jusqu’à 30% sur la facture de chauffage. De plus, remplacer sa chaudière est un achat vite rentabilisé. On vous explique quand il faut remplacer sa chaudière et aussi les différents moyens de la financer.

3. Changer de chaudière implique de gros travaux

Plus maintenant. Aujourd’hui, 1 journée suffit souvent pour remplacer sa vieille chaudière au gaz par une neuve à condensation. Le système est compatible avec votre tuyauterie existante et vos appareils de chauffe. Par contre, si vous changez de système de chauffage, si vous passez du mazout au gaz par exemple ou si vous optez pour une pompe à chaleur ou des pellets, cela prendra plus de temps et les travaux seront plus importants. Savez-vous qu’il existe au moins 9 systèmes de chauffage ?

4. Les nouvelles chaudières à condensation rejettent de la vapeur d’eau

Oui mais… Rassurez-vous, votre local de chauffe ne sera pas envahi par le brouillard si vous optez pour une chaudière à condensation (qui, soit dit en passant, est devenue la norme). La plus grande partie de la vapeur d'eau issue de la combustion de gaz naturel est « condensée » dans la chaudière et une faible quantité est rejetée vers la cheminée. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle doit être tubée. Par ailleurs, une chaudière à condensation récupère la chaleur de condensation contenue dans les fumées issues de la combustion. Ce qui lui permet d’augmenter son rendement jusqu’à 10%. Bref, elle tire profit de la vapeur habituellement rejetée dans l’air. Précisons tout de même qu’une chaudière à condensation rejette aussi de l’eau un peu acide, mais sans danger, dans le réseau d’égout – environ 1,5 litre par m3 de gaz naturel consommé. .

5. Entretenir sa chaudière est obligatoire, mais personne ne vérifie

Oui et non… Entretenir sa chaudière est une obligation légale. Chaque année pour les chaudières au mazout dans les 3 Régions du pays. Pour les chaudières au gaz, tous les 3 ans en Wallonie et, depuis 2019, tous les 2 ans à Bruxelles (comme en Flandre, d’ailleurs). Alors c’est vrai, les sanctions de la part du législateur sont rares si vous ne le faites pas. Par contre, vous pourriez mettre votre sécurité en péril, tomber en panne et voir la performance de votre chaudière chuter. Autant de raisons d’entretenir sa chaudière. Sachez aussi que votre compagnie d’assurances pourrait se retourner contre vous pour négligence en cas de problème.

6. Pour faire des économies de chauffage, mieux vaut ne pas aérer en hiver

Surtout pas ! Et c’est même le contraire qui se produira. Vous consommerez plus ! La raison ? Car le taux d’humidité est plus élevé dans la maison l’hiver. Et plus il fait humide, plus il faudra de temps pour la chauffer. Et donc de combustible…

Notre conseil ? Aérer 5 à 10 minutes, 2 à 3 fois par jour. On vous explique ici comment et quand aérer efficacement.

7. Si l’on s’absente plus de 2 jours, on éteint la chaudière

L’été, mais certainement pas l’hiver. Vos tuyaux de chauffage pourraient alors souffrir du gel, et entraîner de gros dégâts. Préférez la position « hors gel » ou baissez le thermostat entre 13°C et 16°C.

8. On règle thermostat et vannes thermostatiques à la même température

Pas s’ils sont dans la même pièce. Dans ce cas-là, les vannes doivent être réglées à une température supérieure, voire sur la position maximum. La raison est simple : une vanne à une température trop basse perturbe le fonctionnement du thermostat. Ce dernier commandera à la chaudière de produire de la chaleur qui sera bloquée par les vannes. On vous explique ici à quelle température correspondent les chiffres de vos vannes.

Vous devez changer de chaudière ou vous envisagez de le faire ? Faites confiance à l’un des 150 chauffagistes d’ENGIE ! À la clé, jusqu’à 30% d’économie sur votre facture de chauffage sans oublier de jolies promotions durant tout le mois d’octobre…