Accueil Culture Scènes

Zidani, Frankenstein et les manchots

Avec « Les pingouins à l’aube », l’humoriste belgo-kabyle propose une fantaisie poétique et burlesque, qui réfléchit au basculement du monde, observé depuis le déclenchement de la pandémie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Vous cherchez un lien entre Frankenstein, la pandémie, le théâtre et les manchots de l’Antarctique ? Si, si, il y en a un : il est au cœur du nouveau spectacle de Zidani, Les pingouins à l’aube, qu’elle créera le 7 octobre prochain au W : halll, avant de le faire tourner, notamment à Charleroi en janvier (Comédie centrale) et à Liège en février (Comédie en île).

Le W : halll pourra accueillir 330 spectateurs. C’est peu par rapport à sa capacité (662 places). Pas si mal par rapport aux prévisions pessimistes de début septembre (on parlait alors de 132 spectateurs).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Habib Ben Tanfous, la mémoire (familiale) dans la peau

Dans « Ici je lègue ce qui ne m’appartient pas », Habib Ben Tanfous se laisse traverser par l’héritage de ses ancêtres. Par la danse, le souffle, les silences, le chant, l’imaginaire, l’artiste tisse une toile pudique, énigmatique et sincère en forme de rhizome familial. A l’Atelier 210.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs