Accueil Économie Entreprises

FinCEN Files: «On ne sait pas si les banques notifient correctement les opérations suspectes»

La fédération du secteur financier plaide pour une meilleure communication entre banques et organes en charge de la lutte contre le blanchiment. « Connaître les dernières évolutions et obligations. Recevoir un « feedback ». Tout cela permettrait plus d’efficacité », constate son CEO, Karel Baert.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Efficace ou pas, les banques belges en matière de lutte contre l’argent sale ? « Oui même si tout n’est pas parfait, les FinCen Files l’ont montré », concède-t-on chez Febelfin, la fédération du secteur financier, qui a souhaité réagir aux récentes révélations de l’enquête internationale, qui a, entre autres, épinglé, ING Belgique pour ses manquements en matière de lutte contre la criminalité financière. « Il y a beaucoup d’efforts déployés mais aussi de pistes à explorer pour améliorer l’efficacité des banques à ce niveau, notamment en mettant en place un véritable canal de communication avec les autorités. Mais cela commence avant tout par arrêter de nous mettre des bâtons dans les roues avec des législations contradictoires », assure Karel Baert, CEO.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs