Voici à quoi ressemble le nouvel aéroport de Berlin (photos)

Voici à quoi ressemble le nouvel aéroport de Berlin (photos)

Le grand aéroport international BER de Berlin va bien ouvrir le 31 octobre, avec neuf ans de retard et un coût bien supérieur aux prévisions initiales, a confirmé mardi le directeur général du projet.

«Le 31 octobre 2020, le BER va ouvrir. La capitale allemande va enfin disposer d’un aéroport répondant aux standards internationaux», a salué Engelbert Lütke-Daldrup lors d’une conférence de presse.

Le terminal 1 de cet aéroport situé au sud de Berlin ouvrira dès cette date avec l’atterrissage de premiers avions de Lufthansa et EasyJet. Des magasins et un office de tourisme seront aussi ouverts à cette date.

L’actuel aéroport de Schönefeld, également au sud de la capitale, deviendra lui le terminal 5. D’autres terminaux ne devraient ouvrir que l’an prochain du fait de la baisse d’activité liée à l’épidémie.

De premiers vols commerciaux devraient être assurés dès le 1er novembre au matin par EasyJet, vers une destination qui reste à définir par la compagnie aérienne. La desserte par trains S-Bahn sera assurée dès le 25 octobre.

Pandémie oblige, les festivités seront très limitées pour saluer l’ouverture. «Il n’y aura pas de grande fête, il y aura juste l’ouverture», a expliqué M. Lütke-Daltrup.

La construction de cet aéroport, entamée en 2006 et censée initialement être achevée fin 2010 a pris des retards colossaux à cause de négligences et d’erreurs graves de conception.

«Le chemin vers l’ouverture n’a pas été facile», a reconnu M. Lütke-Daldrup, confiant la «honte» des ingénieurs allemands. Après tant d’années de retard, «il n’y a aucune raison de se vanter», a-t-il admis.

Le coût de ce nouvel aéroport, initialement estimé à 1,7 milliard d’euros, a lui grimpé à 6,5 milliards.

Avant l’épidémie, avec l’explosion du tourisme et de nouvelles arrivées dans la capitale, le BER, situé à 25 kilomètres de la Porte de Brandebourg, était déjà considéré comme étant sous-dimensionné.

L’aéroport de Tegel, dans le nord-ouest de Berlin, fermera lui ses portes le 8 novembre après un dernier vol assuré par la compagnie Air France à destination de Paris.

Avec plus de 24 millions de passagers en 2019, Tegel est le quatrième le plus fréquenté après Francfort, Munich et Düsseldorf.

Il avait été construit en 90 jours seulement par des travailleurs allemands avec les forces alliées françaises et américaines pendant le blocus de Berlin par les Soviétiques en 1948-1949.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10862363-058

    Coronavirus: le pic de mars est dépassé

  2. La photo de la réconciliation, au Belvédère, aux termes d’une rencontre d’une heure et demie.

    Delphine et Albert: 19 ans de déni, 7 ans de procès et une photo finish

  3. Le vote anticipé bat son plein depuis plusieurs semaines déjà sur le territoire américain - ici, à Miami, en Floride.

    Elections américaines: «Beaucoup de risques autour de la légalité des résultats», s’inquiète Urszula Gacek (OSCE)

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 92»: le brasero

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a appelé le magasin de bricolage pour savoir s’il leur restait des braseros. Le brasero, nous dit le monsieur, est à l’hiver 2020 ce que la piscine gonflable était à l’été 2020. Un must.

    La piscine, merci, on était au courant. Avant le confinement, comme 85 % des Belges, on ignorait ce qu’était un filtre épurateur à cartouche. Jusqu’à ce que, comme la farine ou le papier Q, il y ait pénurie. « Désolé madame, on en recommande, on en recommande mais ils n’arrivent pas. Ce sont les usines qui ne suivent pas. Alors que l’an dernier, on en avait 200 et on a tenu tout l’été. »

    Le jardin, en 2020, c’est le bien le plus précieux qu’on ait eu de toute notre vie. Mieux que les enfants. Mieux que tout. On embrassait l’herbe le matin au réveil, on parlait aux fleurs, on remerciait les arbres, on humait le barbecue du voisin, on s’enivrait du ciel, des nuages et des étoiles. Et la piscine gonflable, la piscine gonflable, elle trônait comme une matrone au milieu de...

    Lire la suite

  • La leçon d’humilité

    En quelques jours, c’est une sacrée leçon d’humilité que le monde politique belge a reçue, à tous niveaux de pouvoir. La Flandre et son ministre-président ont été ce mardi les derniers à « atterrir », forcés d’adopter des mesures qu’ils avaient refusées vendredi dernier, prises en panique le week-end par les autres Régions. Plus jamais ça : il serait insensé que les erreurs commises se répètent dans les jours à venir. La leçon d’humilité comporte 5 volets :

    1) Une épidémie ne...

    Lire la suite