Voici à quoi ressemble le nouvel aéroport de Berlin (photos)

135917784.jpg

Le grand aéroport international BER de Berlin va bien ouvrir le 31 octobre, avec neuf ans de retard et un coût bien supérieur aux prévisions initiales, a confirmé mardi le directeur général du projet.

«Le 31 octobre 2020, le BER va ouvrir. La capitale allemande va enfin disposer d’un aéroport répondant aux standards internationaux», a salué Engelbert Lütke-Daldrup lors d’une conférence de presse.

Le terminal 1 de cet aéroport situé au sud de Berlin ouvrira dès cette date avec l’atterrissage de premiers avions de Lufthansa et EasyJet. Des magasins et un office de tourisme seront aussi ouverts à cette date.

L’actuel aéroport de Schönefeld, également au sud de la capitale, deviendra lui le terminal 5. D’autres terminaux ne devraient ouvrir que l’an prochain du fait de la baisse d’activité liée à l’épidémie.

De premiers vols commerciaux devraient être assurés dès le 1er novembre au matin par EasyJet, vers une destination qui reste à définir par la compagnie aérienne. La desserte par trains S-Bahn sera assurée dès le 25 octobre.

Pandémie oblige, les festivités seront très limitées pour saluer l’ouverture. «Il n’y aura pas de grande fête, il y aura juste l’ouverture», a expliqué M. Lütke-Daltrup.

La construction de cet aéroport, entamée en 2006 et censée initialement être achevée fin 2010 a pris des retards colossaux à cause de négligences et d’erreurs graves de conception.

«Le chemin vers l’ouverture n’a pas été facile», a reconnu M. Lütke-Daldrup, confiant la «honte» des ingénieurs allemands. Après tant d’années de retard, «il n’y a aucune raison de se vanter», a-t-il admis.

Le coût de ce nouvel aéroport, initialement estimé à 1,7 milliard d’euros, a lui grimpé à 6,5 milliards.

Avant l’épidémie, avec l’explosion du tourisme et de nouvelles arrivées dans la capitale, le BER, situé à 25 kilomètres de la Porte de Brandebourg, était déjà considéré comme étant sous-dimensionné.

L’aéroport de Tegel, dans le nord-ouest de Berlin, fermera lui ses portes le 8 novembre après un dernier vol assuré par la compagnie Air France à destination de Paris.

Avec plus de 24 millions de passagers en 2019, Tegel est le quatrième le plus fréquenté après Francfort, Munich et Düsseldorf.

Il avait été construit en 90 jours seulement par des travailleurs allemands avec les forces alliées françaises et américaines pendant le blocus de Berlin par les Soviétiques en 1948-1949.

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  2. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

  3. Alexandria Ocasio-Cortez a dû avaler des couleuvres pour ne pas torpiller son avenir politique.

    Les Démocrates américains se déchirent autour d’Israël

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite