Voici à quoi ressemble le nouvel aéroport de Berlin (photos)

Voici à quoi ressemble le nouvel aéroport de Berlin (photos)

Le grand aéroport international BER de Berlin va bien ouvrir le 31 octobre, avec neuf ans de retard et un coût bien supérieur aux prévisions initiales, a confirmé mardi le directeur général du projet.

«Le 31 octobre 2020, le BER va ouvrir. La capitale allemande va enfin disposer d’un aéroport répondant aux standards internationaux», a salué Engelbert Lütke-Daldrup lors d’une conférence de presse.

Le terminal 1 de cet aéroport situé au sud de Berlin ouvrira dès cette date avec l’atterrissage de premiers avions de Lufthansa et EasyJet. Des magasins et un office de tourisme seront aussi ouverts à cette date.

L’actuel aéroport de Schönefeld, également au sud de la capitale, deviendra lui le terminal 5. D’autres terminaux ne devraient ouvrir que l’an prochain du fait de la baisse d’activité liée à l’épidémie.

De premiers vols commerciaux devraient être assurés dès le 1er novembre au matin par EasyJet, vers une destination qui reste à définir par la compagnie aérienne. La desserte par trains S-Bahn sera assurée dès le 25 octobre.

Pandémie oblige, les festivités seront très limitées pour saluer l’ouverture. «Il n’y aura pas de grande fête, il y aura juste l’ouverture», a expliqué M. Lütke-Daltrup.

La construction de cet aéroport, entamée en 2006 et censée initialement être achevée fin 2010 a pris des retards colossaux à cause de négligences et d’erreurs graves de conception.

«Le chemin vers l’ouverture n’a pas été facile», a reconnu M. Lütke-Daldrup, confiant la «honte» des ingénieurs allemands. Après tant d’années de retard, «il n’y a aucune raison de se vanter», a-t-il admis.

Le coût de ce nouvel aéroport, initialement estimé à 1,7 milliard d’euros, a lui grimpé à 6,5 milliards.

Avant l’épidémie, avec l’explosion du tourisme et de nouvelles arrivées dans la capitale, le BER, situé à 25 kilomètres de la Porte de Brandebourg, était déjà considéré comme étant sous-dimensionné.

L’aéroport de Tegel, dans le nord-ouest de Berlin, fermera lui ses portes le 8 novembre après un dernier vol assuré par la compagnie Air France à destination de Paris.

Avec plus de 24 millions de passagers en 2019, Tegel est le quatrième le plus fréquenté après Francfort, Munich et Düsseldorf.

Il avait été construit en 90 jours seulement par des travailleurs allemands avec les forces alliées françaises et américaines pendant le blocus de Berlin par les Soviétiques en 1948-1949.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  2. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

  3. PHOTONEWS_10902184-071

    Voyages: un compromis se dessine entre Etats sur le certificat vert

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite