Namur: le premier coup de pelle du futur Palais de justice a été effecuté

Namur: le premier coup de pelle du futur Palais de justice a été effecuté

Le premier coup de tractopelle du chantier du futur Palais de justice de Namur a été donné mardi par Koen Geens (CD&V), ministre fédéral de la Justice chargé de la Régie des bâtiments. Son homologue du Budget, David Clarinval (MR), était également présent. L’événement était attendu depuis 15 ans par la justice namuroise, dont l’actuel palais est dans un état de délabrement avancé.

Le complexe de 36.000 mètres carrés prendra place sur le site des «Casernes Léopold». Le marché a été attribué le 8 juillet à la société AG Real Estate. La construction de l’ouvrage devrait prendre 36 mois, pour une mise à disposition fin 2023. Un contrat d’occupation de 18 ans avec option d’achat sera alors signé par la Régie des bâtiments, moyennant un loyer annuel de 6,5 millions d’euros.

Construit sur un site de près de quatre hectares, le complexe éco-responsable comportera cinq étages et 14 salles d’audience. Il accueillera une cour d’assises, le tribunal de première instance, le parquet du procureur du Roi, le parquet de la jeunesse, le parquet de police, le tribunal et la cour du travail, l’auditorat du travail, le tribunal de l’entreprise, la justice de paix, ainsi que le barreau et le nouveau service DAB (Direction de la sécurisation) de la police fédérale. Par ailleurs, il hébergera le volet pénal de la division dinantaise de l’arrondissement judiciaire de Namur.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Pierre-Yves Thienpont.

    Coronavirus: dans la tempête, les unités covid tentent de garder la tête hors de l’eau

  2. 10862363-058

    Coronavirus: le pic de mars est dépassé

  3. La photo de la réconciliation, au Belvédère, aux termes d’une rencontre d’une heure et demie.

    Delphine et Albert: 19 ans de déni, 7 ans de procès et une photo finish

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 92»: le brasero

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a appelé le magasin de bricolage pour savoir s’il leur restait des braseros. Le brasero, nous dit le monsieur, est à l’hiver 2020 ce que la piscine gonflable était à l’été 2020. Un must.

    La piscine, merci, on était au courant. Avant le confinement, comme 85 % des Belges, on ignorait ce qu’était un filtre épurateur à cartouche. Jusqu’à ce que, comme la farine ou le papier Q, il y ait pénurie. « Désolé madame, on en recommande, on en recommande mais ils n’arrivent pas. Ce sont les usines qui ne suivent pas. Alors que l’an dernier, on en avait 200 et on a tenu tout l’été. »

    Le jardin, en 2020, c’est le bien le plus précieux qu’on ait eu de toute notre vie. Mieux que les enfants. Mieux que tout. On embrassait l’herbe le matin au réveil, on parlait aux fleurs, on remerciait les arbres, on humait le barbecue du voisin, on s’enivrait du ciel, des nuages et des étoiles. Et la piscine gonflable, la piscine gonflable, elle trônait comme une matrone au milieu de...

    Lire la suite

  • La leçon d’humilité

    En quelques jours, c’est une sacrée leçon d’humilité que le monde politique belge a reçue, à tous niveaux de pouvoir. La Flandre et son ministre-président ont été ce mardi les derniers à « atterrir », forcés d’adopter des mesures qu’ils avaient refusées vendredi dernier, prises en panique le week-end par les autres Régions. Plus jamais ça : il serait insensé que les erreurs commises se répètent dans les jours à venir. La leçon d’humilité comporte 5 volets :

    1) Une épidémie ne...

    Lire la suite