Accueil Belgique Politique

La Vivaldi a un accord de gouvernement et un Premier ministre

L’accord sur le contenu est bouclé. Alexander De Croo (Open VLD) sera le Premier ministre de la Vivaldi.

Temps de lecture: 2 min

Les négociateurs de la Vivaldi sont parvenus à un projet d’accord de gouvernement fédéral. Alexander De Croo (Open VLD) sera le Premier ministre de la coalition Vivaldi, a-t-on appris mercredi matin à bonne source. Il succédera à Sophie Wilmès (MR).

Les négociateurs de la coalition Vivaldi (libéraux, socialistes, écologistes et le CD&V) sont parvenus à un accord de gouvernement mercredi matin, après une nuit de discussions.

Les formateurs Alexander De Croo (Open VLD) et Paul Magnette (PS) sont au Palais pour présenter leur rapport. Le Roi Philippe devrait décharger les formateurs de leur mission et pourrait nommer le nouveau Premier ministre.

Si l’accord de gouvernement est bouclé sur le contenu, les sept partis de la Vivaldi doivent encore répartir les compétences. Sept ministres néerlandophones et sept francophones devraient entourer le nouveau Premier ministre. A ces quinze personnalités pourraient encore s’ajouter l’un ou l’autre secrétaire d’Etat. Selon toute vraisemblance, chaque famille politique devrait obtenir des portefeuilles proches de leur centre d’intérêt. On évoque par exemple un vaste portefeuille social pour les socialistes, un portefeuille régalien pour les libéraux ou encore les écologistes à l’énergie et l’environnement.

Les congrès de participation des sept partis auront lieu ce soir. Le président du MR Georges-Louis Bouchez a confirmé sur Twitter la tenue de celui des libéraux francophones à 19h au Heysel à Bruxelles.

Les prestations de serment devraient avoir lieu jeudi matin avant la déclaration gouvernementale attendue devant les députés à 14h15.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par KEVIN MEUNIER, mercredi 30 septembre 2020, 10:23

    je me disais aussi qu'il avait fait tomber le gouvernement en 2007...

  • Posté par Formisani Serge, mercredi 30 septembre 2020, 9:56

    Comme le passé est vite oublié, c'est premier ministre qui a fait tomber le gouvernement qui a provoqué la fameuse crise des 541 jours !

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 30 septembre 2020, 10:24

    ... Il y a 10 ans. Se rappeler pourquoi. La crise des 541 jours n'est due au débranchage, mais à l'impossibilité des partis de l'époque à tomber d'accord sur le modèle de la 6e réforme de l'état.

  • Posté par Jules Vandeweyer, mercredi 30 septembre 2020, 8:16

    Les formations sont de plus en plus laborieuses. BDW en profite pour essayer de changer le système électoral où émergeraient au final 2 partis (le plus fort dans chaque région). Mais alors, il oublie Bruxelles et, surtout, il n'a pas imaginé qu'en 2024 ce ne serait peut-être pas son parti, la NVA, qui gagnerait, mais le Vlaams Belang. On aurait donc ainsi un pays dirigé par l'extrême droite (celle qui a manifesté dimanche avec ses symboles nazis, celle de Vanlangenhove, de De Winter et consorts). Pourvu que nos futurs ministres soient mieux inspirés!

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 30 septembre 2020, 10:29

    "Mais alors, [Bart De Wever] oublie Bruxelles" Il ne l'oublie pas du tout. Bruxelles est et restera à jamais la capitale de la Flandre. La NVA envisage le Confédéralisme à 2 communautés (plus la germanophone), pas 3 régions. Dans cette optique, Bruxelles doit être cogérée dans une part proportionnelle par les deux communautés (60/40 au pire 50/50). A noter que la Région de Bruxelles-Capitale n'a toujours pas le même statut que les 2 autres régions, par ce fait-là même, qu'elle est la capitale du pays et des 2 communautés. C'est en tous cas la logique flamande, et il est difficile de la contrer.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Enquête Les communes wallonnes devront se montrer plus transparentes

« Le Soir » et « Le Vif » ont mené l’enquête auprès des 281 communes wallonnes et bruxelloises, pour voir s’il était possible pour un citoyen d’obtenir des informations précises avant chaque conseil communal. Verdict : non, dans une grande majorité des cas. Mais un décret wallon à l’initiative du CDH, appuyé par la majorité, va changer la donne.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs