Accueil Belgique Politique

Les trois raisons pour lesquelles Paul Magnette n’est pas Premier ministre

Le socialiste est à la tête du parti le plus important de la Vivaldi, mais c’est Alexander De Croo qui prend le Seize. Si l’on ajoute l’éviction de la N-VA au fédéral, il y a de quoi s’interroger sur notre système démocratique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Alexander De Croo, libéral flamand, était donné favori, il accède au Seize. Paul Magnette, pressenti un temps, est devancé. Pourquoi ?

Il y a trois raisons. Pour simplifier : une en positif, deux négatives. Chacun jaugera. Chacun fera sa balance. Voyons…

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

47 Commentaires

  • Posté par Duquesne Claude, jeudi 1 octobre 2020, 22:46

    Peut être : le prob = magnétite ; une solution qui n'aurait pas courroucé glb > lalieux par exemple. Mais auriez vous bien voulu répondre son cabinet ? Bon, peut être une ouverture chez la katta !

  • Posté par Cafagna Luigi, jeudi 1 octobre 2020, 16:03

    les diktats existent en Belgique et ils sont libéraux On retire la prise ou on exclus .

  • Posté par Stilmant Catherine, jeudi 1 octobre 2020, 8:43

    Lorsqu'une majorité de sièges est obtenue, cela signifie que la majorité des citoyens (rappelons l'obligation du vote en Belgique) "pilote" le pays. Où est le déni de démocratie ? Il n'est nulle part prévu que seuls les partis ayant remporté le plus de suffrages doivent entrer au Gouvernement. C'est même peut-être un des moyens démocratiques d'éviter qu'un parti extrémiste (pensons au FN en France ou à d'autres exemples européens) ne prenne le pouvoir. N'est-ce pas plutôt rassurant ? Il me semble que l'analyse de David Coppi pourrait prendre ce point de vue en compte.

  • Posté par B Alain, mercredi 30 septembre 2020, 20:47

    Je m'étonne que Le Soir ne rebondisse pas sur les déclarations de Cieltje Van Achter qui regrette que le futur premier ministre fasse partie du 7ème parti du pays (ce en quoi je pense qu'elle se trompe, aux dernières étections fédérales, c'était le MR qui occupait cette place et l'OpenVLD était tout juste devant). J'ai entendu ces déclrarations sur Bel-RTL alors que j'étais au volant. C'est dangereux !!! On a frôlé l'accident. Le journaliste a raté l'occasion de lui demander si le candidat du premier parti de la coalition lui semblait plus légitime.

  • Posté par Eric Gillot, mercredi 30 septembre 2020, 19:08

    « il y a là de quoi s’interroger sur le fonctionnement d’un système politique »... je comprends l'intime douleur du journaliste, mais c'est justement le système de représentation à la proportionnelle qui veut cela. Dans une coalition qui réunit libéraux et socialistes, il faut trouver des personnalités suffisamment consensuelles pour ne pas braquer les partenaires. Je crois que c'est clair que ce mécanisme a atteint ses limites, 500 jours de négociation, c'est beaucoup. Un regard vers le système français ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs