Accueil Belgique Politique

La coalition Vivaldi décolle, la confiance un peu moins

Alexander De Croo (Open VLD, 12 sièges à la Chambre) emmène la Vivaldi. Mission principale : sortir le pays de l’ornière Covid. L’accord de gouvernement est typiquement un compromis, à sept. On demande à voir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Ce n’est pas parce qu’on a un gouvernement où le Premier ministre, Alexander De Croo, est issu du quatrième parti en nombre sièges au Parlement (l’Open VLD, 12 élus) sur les sept qui composent la coalition ;

pas non plus parce qu’on a un gouvernement sans la première formation politique démocratique du pays, là toujours en nombre de sièges au Parlement, à savoir la N-VA et ses 24 élus fédéraux ;

pas, enfin, parce que tout cela pose gravement question à propos d’un système démocratique où les coalitions se trament pour l’essentiel en coulisse s’il le faut en tordant le verdict des urnes ;

ce n’est pas parce que tout cela est vrai, que ceci n’est pas, quand même, un gouvernement à part entière.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Levaux Marie-Noelle, jeudi 1 octobre 2020, 16:12

    On nomme ministre une personne qui n’a pas été digne de faire partie de la Cour Consitutionnelle, comme Premier ‘ministre un zozo qui a provoqué une grave crise politique , un inconnu parce qu’il est le frère et le fils de deux anciens ministres, on ne peut mieux bafouer notre démocratie et mépriser l’électeur...

  • Posté par Robin Agnès, jeudi 1 octobre 2020, 17:16

    Si vous voulez parler de Zakia Khattabi, si elle n'a pas pu faire partie du Conseil Constitutionnel, ce n'est pas parce qu'elle n'a "pas été jugée digne" mais parce qu'elle en a été empêchée par des jeux "politicards". Je pense aussi qu'une personne peut évoluer et il serait plus respectueux d'attendre avant de juger.

  • Posté par Marlier Jacques, jeudi 1 octobre 2020, 15:19

    Je comprends, bien entendu, les craintes de chacun, mais, outre le fait que tout le monde aurait eu peur avec n'importe laquelle des autres combinaisons essayées, j'estim qu'il faut "laisser du temps au temps". Je ne suis nullement certain que cette combinaison-ci ne marchera pas mieux que les autres. Oui, si les présidents de parti ont l'intelligence de se montrer discrets, nous n'aurons peut-être pas de si mauvais résultats que cela. Je crois qu'il y a au total un relativement bel équilibre entre les demandes des uns et celle des autres.

  • Posté par Lefebvre Michel, jeudi 1 octobre 2020, 14:39

    Vous pouvez me l'expliquer dans toute les langues possible ou l'écrire dans toute les couleurs possible mais pour moi votre fameux "grand parti" c'est 16% de l'électorat fédéral et 16% appelez ca une grande majorité si ca vous fait moussé mais pour moi ca ne l'est pas. Vous qui, naguère, vomissiez la NVA a longueur d'article, vous devenez bien fan du nationalisme, vous trouvez Franken et son arrière gout nazillon, bien binamé bref vous vous voyez déjà grand journal de la petite république socialiste de Wallonie. Votre prétendue coalition de grands gagnants (la je le dit en me marrant) n'a pas émergé parce qu'elle n'arrivait pas a trouver une majorité, ce dont, bien entendu il n'aurait pas eu besoin si ils étaient les partis majoritaires que vous prétendez. Que je sache les libéraux, les écolos et leurs électeur ne sont pas de la merde dans ce pays et ils ont le droit de ne pas signer un accord qui ne leur plait pas et qui est a contresens de leurs intérêts. Ca aussi c'est de la démocratie monsieur.

  • Posté par Pire Bernard, jeudi 1 octobre 2020, 12:59

    Que dire d'un gouvernement qui a dû fédérer à peu près tout le monde pour voir le jour ? Sinon, que, tôt ou tard, des dissenssions vont apparaître et qu'il sera difficile de les apaiser. Un compromis mou à la belge, comme souvent. Quant au Premier, il ne faudrait pas oublier que, naguère, il n'a pas hésité à faire tomber un gouvernement pour d'obscurs motifs linguistiques. Côté crédibilité fédérale, ça craint. Que dire aussi du temps qu'il a fallu pour accoucher de cette solution boîteuse ? Je pense que, inéluctablement, élection après élection, les voies se sépareront, les opinions se radicaliseront et que ce pays implosera.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs