NBA: les Lakers dominent outrageusement Miami pour débuter la finale (vidéos)

AFP
AFP

Les Los Angeles Lakers ont d’entrée apposé leur marque sur les ’Finals’ NBA. Les Californiens se sont imposés 116-98 contre Miami, qui a vécu une soirée presque cauchemardesque avec les blessures de Goran Dragic et Bam Adebayo, deux importants pions du Heat.

Le score était sans appel à la fin du troisième quart temps sur le parquet de Disney World, dans la bulle NBA à Orlando, où les Lakers, emmenés par leur duo LeBron James - Anthony Davis, menaient 93-67 et avaient match gagné.

Après une entame poussive et une certaine réussite offensive du côté du Heat (10-23), les Lakers ont inexorablement pris l’ascendant sur leur adversaire, grâce notamment à une très bonne adresse derrière l’arc (39,5%). L’impact offensif d’Anthony Davis, qui a marqué la bagatelle de 34 points pour sa première rencontre en finale NBA, aura lui aussi été décisif.

En quête de son 17e sacre, et ainsi rejoindre Boston, la franchise californienne a aussi pu compter sur un très bon LeBron James, très proche d’un nouveau triple-double en playoffs avec 25 points, 13 rebonds et 9 assists.

Presque impuissant sur son banc, l’entraîneur du Heat Erik Spoelstra aura peut-être perdu davantage qu’une rencontre. Goran Dragic, blessé au pied gauche, est resté dans les vestiaires après la pause. Selon les journalistes présents sur place, le meneur a quitté la salle en boitant sévèrement et souffrirait d’une déchirure du fascia plantaire. Il n’a malgré tout pas fait une croix sur la suite de ces finales.

Le Slovène a été suivi par Bam Adebayo quelques minutes plus tard. Le pivot, déjà peu en réussite face à la très bonne défense des Lakers et limité à 8 points, est lui sorti en raison d’une douleur à l’épaule.

Enfin, Jimmy Butler s’est tordu la cheville en fin de deuxième quart-temps. Resté sur le parquet, il a terminé meilleur marqueur des siens avec 23 unités au compteur.

Le Heat, triple champion NBA (2006, 2012, 2013), a toutefois prouvé qu’il n’était pas arrivé à ce stade de la compétition par hasard. La tête sous l’eau et privée d’éléments déterminants, la franchise floridienne a doucement atténué le score, dans le sillage de son rookie Kendrick Nunn.

Le deuxième match de cette finale, jouée au meilleur des sept manches et première de l’histoire entre deux franchises n’ayant pas participé aux playoffs la saison précédente, se tiendra vendredi soir à Orlando (samedi 03h00 belges).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous