Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

Chronique «Vous avez de ces mots»: Trop belge {que pour} être bon?

« Belgicisme » est parfois une étiquette lourde à porter. Mais « belgicisme grammatical », c’est le pilori…

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Il serait grand temps, m’écrit Madame Conti-Bescherelle (nom d’emprunt), que vous consacriez un billet de votre chronique à cet horrible trop que pour qui défigure le français de certains Belges francophones. » Comment rester insensible à une telle sollicitation ?

Mais pas au point de verser dans la censure. Une analyse de ce tour, aujourd’hui spécifique à la Belgique, permet d’en percevoir le fonctionnement, sinon la justification. Et invite à (re)poser la question : pourquoi ce belgicisme

grammatical suscite-t-il tant de réprobation ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Rahier Pierre, samedi 3 octobre 2020, 13:38

    Trop, c'est trop... Il est exclu que j'accepte sans sourciller les affreux belgicismes (trop, assez que pour...) que vous défendez dans ce billet. Dans le cas contraire, je ferais injure à l'ensemble des excellents professeurs de français qui ont jalonné mon parcours estudiantin. Je me demande sérieusement si le dada des linguistes d'aujourd'hui n'est pas de dézinguer la grammaire du français. Et donc de tout accepter. C'est très regrettable, selon moi. À quand l'acceptation de "j'ai tombé, je m'ai trompé, si j'aurais su..." P.S. J'ai horreur du mot "boomer."

  • Posté par Diogènes Alexandre, dimanche 25 octobre 2020, 12:18

    C'est vrai que "je m'ai trompé" n'est pas correct. Il faudrait dire: je m'a trompé.(:-))

  • Posté par Coets Jean-jacques, samedi 17 octobre 2020, 11:51

    Je pense que vous confondez "analyse sereine " et "réaction épidermique". A la lecture de votre commentaire, je vois aussi une bonne dose d'égocentrisme : exclus que j'accepte, je ferais injure, mon parcours, selon moi, j'ai horreur... C'est à mon sens dommage car cela transforme une opinion somme toute fort respectable en une vindicte personnelle indigeste et aussi déplaisante que votre "affreux belgicismes".

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 4 octobre 2020, 7:33

    Pierre, vous êtes un puriste, ce qui est votre droit bien sûr. La langue qui nous survivra est celle que la majorité utilise au quotidien. L'important n'est-il pas de comprendre et de se faire comprendre ? L'expression "trop ...que pour" continuera à me faire tiquer in petto mais elle ne gêne en rien ma compréhension du discours de mon interlocuteur (sauf si je me braque au point de ne plus l'écouter).

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 3 octobre 2020, 6:58

    Cher M. Francard, une fois de plus, vous envoyez aux oubliettes une "règle" martelée par les institutrices et professeurs de français de mes jeunes années !

Plus de commentaires

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs