Accueil Opinions Éditos

Oui, la Belgique a besoin d’un «plan de confiance»

L’image de la politique auprès des citoyens est passablement écornée. A peine 38 % des Belges accordent leur confiance au gouvernement.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

La Vivaldi sera ce que ses ministres en feront.

Soit un « kibbelkabinet », un gouvernement des chamailleries comme on a surnommé l’équipe Michel, tant il sera complexe d’harmoniser les humeurs et les idéaux des sept partis à la table.

Soit une coalition de la rupture. La rupture avec le mode de fonctionnement politique des dernières années, trop souvent basé sur « la dureté et la violence des propos, la polarisation », voire « le cynisme et l’intérêt personnel », comme l’a reconnu Alexander De Croo, à l’occasion de sa déclaration gouvernementale devant les députés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, samedi 3 octobre 2020, 1:15

    Je comprends la méfiance, mais laissons sa chance à ce gouvernement. Ne l'enterrons pas trop vite. MM. De Croo et Magnette sont loin d'être des imbéciles. M. Frank Vandenbroeck est très intelligent, lui aussi. Or il revient à la politique longtemps après l'avoir abandonnée, et à un moment de sa vie où il n'a strictement plus besoin de publicité personnelle. Patientons! De toute façon, on a essayé et rejeté suffisamment d'autres combinaisons. Fallait-il continuer à l'infini?

  • Posté par Levaux Marie-Noelle, vendredi 2 octobre 2020, 15:39

    Comment cette journaliste ose-t-elle nous bassiner les oreilles avec un plan de confiance au moment même où celle-ci disparaît par des nominations de copinage de bas étage qui enlèvent toute crédibilité à ce gouvernement dirigé par un individu qui a provoqué la plus longue crise de l’histoire belge...

  • Posté par Dejolier Bruno, vendredi 2 octobre 2020, 11:16

    Si deja GLB pouvait se taire, ce serait un pas dans la bonne direction.

  • Posté par Trevisan Lucio, vendredi 2 octobre 2020, 10:39

    Comment voulez-vous avoir confiance au monde politique, ce n'est que promesses non tenues, mensonges, manipulations et j'oublie l'arrivisme, les coups bas et l'appât du gain. Mais attendons avant de juger ce gouvernement, peut-être qu'il n'y aura pas de disputes entre eux, qu'ils vont fonctionner sereinement, qu'ils vont se comporter en personnes responsables,...on peut rêver...Mais c'est vrai qu'il y a déjà des choses positives : parité hommes-femmes, une personne transgenre, de la jeunesse...

  • Posté par Baeyens Remi, vendredi 2 octobre 2020, 10:16

    Ce n'est pas étonnant qu'ils ne génèrent pas un climat de confiance. C'est la particratie dans ses plus mauvais côtés. Quand on veut contenter tout le monde on ne convainc personne. Nous avons un système 'particratique' qui est complètement usé et dépassé encore compliqué par le multiplicité des partis. L'important est de créer des postes pour contenter le monde politique et garantir leurs revenus. Aucune entreprise normale ne survivrait à ce genre de procédés.

Aussi en Éditos

Piqûre de rappel

L’injection de la troisième dose est enfin au centre de la stratégie et considérée comme l’élément qui va permettre de continuer à vivre quand même un peu normalement.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs