Coronavirus - La firme Pfizer assure qu'elle ne succombera pas à la pression politique sur les vaccins

Albert Bourla, directeur exécutif de Pfizer, a également exprimé sa déception que la société se retrouve au coeur de l'élection présidentielle américaine, dans cette lettre citée par le New York Times jeudi. En se positionnant de la sorte, le docteur semble se distancier des prédictions ambitieuses du président sortant Donald Trump.

Mardi encore, lors du premier débat électoral retransmis en direct, le milliardaire a en effet assuré que le développement d'un vaccin contre le nouveau coronavirus n'était plus qu'à "quelques semaines près".

"J'apprécie un débat politique robuste, mais je ne suis pas un politicien", pointe M. Bourla. "La rhétorique politique amplifiée sur le développement d'un vaccin, l'agenda et le crédit politique affaiblit la confiance du public", suggère-t-il encore.

Aux côtés de Moderna ou encore Johnson & Johnson, Pfizer est un des laboratoires pharmaceutiques en phase 3 des essais cliniques aux Etats-Unis. L'essai de phase 3 du vaccin AstraZeneca/Oxford est actuellement suspendu dans le pays.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous