Débats à la Chambre: Kristof Calvo (Groen) longuement applaudi, la N-VA offensive

Débats à la Chambre: Kristof Calvo (Groen) longuement applaudi, la N-VA offensive

Le débat sur la déclaration du gouvernement De Croo devant le parlement a donné lieu aux premières passes d’armes entre majorité et opposition, et imprimé sans doute le ton du reste de la législature.

La N-VA très présente, au contraire du Vlaams Belang

Sans surprise, la N-VA a dit tout le mal qu’elle pensait de l’accord de la coalition Vivaldi… une dénomination qu’elle se refuse d’ailleurs à utiliser car, à ses yeux, il s’agit d’une majorité « rouge-verte » dont le bleu libéral et l’orange démocrate-chrétien seraient absents.

Les députés de la N-VA ont multiplié les interruptions des orateurs des partis de la Vivaldi alors que le Vlaams Belang, l’autre grand parti de l’opposition flamande, se montre plutôt discret.

Pour leur chef de groupe, Peter De Roover, la coalition laisse de côté la majorité des « Flamands qui travaillent et épargnent » et financeront les politiques qui seront menées.

L’Open VLD fort critiqué

Les libéraux flamands ont été particulièrement ciblés, non seulement parce qu’ils reçoivent le poste de Premier ministre alors qu’ils sont le septième parti du parlement mais aussi pour certaines ambiguïtés de l’accord de gouvernement, en particulier sur le prélèvement de nouveaux impôts.

Quant au volet institutionnel, il ne trouve pas davantage grâce à ses yeux. « Vous choisissez de faire vivre un modèle épuisé », a lancé M. De Roover.

La Vivaldi rassemble pas moins de sept partis et repose donc sur des compromis, et des renoncements. Les socialistes n’ont pas obtenu le retour de l’âge légal de la retraite à 65 ans. Le PTB n’a pas manqué de le leur rappeler.

« De vrais progrès »

Le PS n’a pas voulu faire durer le blocage du pays confronté à une crise sans précédent pour un élément de son programme, a fait remarquer le chef de groupe Ahmed Laaouej. « Il faut faire preuve d’humilité. Dans ce pays qui fonctionne à la proportionnelle, on doit faire des compromis », a-t-il dit en rappelant les acquis sociaux de ce gouvernement : relèvement des pensions, refinancement des soins de santé, etc. « Il y a dans ce gouvernement des vrais progrès sociaux », a-t-il affirmé.

« Ce projet Vivaldi offre des réponses concrètes aux problèmes auxquels les Belges sont confrontés », a assuré le chef de groupe Ecolo-Groen, Kristof Calvo.

Calvo applaudi

À ses yeux, ce nouveau gouvernement traduit une véritable « rupture de tendance » par rapport à la coalition suédoise, marquée par les tensions récurrentes. Et de réfuter les critiques nationalistes sur un gouvernement défavorable à la Flandre : « On peut être Flamand et Belge, servir la Flandre et la Belgique ».

L’écologiste, à qui son parti n’a pas donné une fonction ministérielle, a reçu de chaleureux applaudissements des partenaires de la Vivaldi. « Les applaudissements de tes collègues sont mérités et à la hauteur de ton implication dans la négociation », a souligné M. Laaouej.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous