Donald Trump positif au coronavirus: les Bourses en baisse et les prix du pétrole en chute

Donald Trump et son épouse Melania
Donald Trump et son épouse Melania - AFP

Suite à la contamination au coronavirus de Donald Trump, dont on a appris la nouvelle ce vendredi matin, le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, devra se faire tester à son tour.

Pour rappel, les deux candidats à la Maison blanche ont partagé un plateau mardi passé lors du premier débat présidentiel télévisé. Les deux prétendants n’ont pas échangé de poignée de mains et ils respectaient la distance de sécurité. On ignore s’ils ont eu des contacts en coulisses.

Wall Street en chute

Wall Street chutait fortement à l’ouverture vendredi après l’annonce coup de tonnerre que le président des Etats-Unis Donald Trump a été testé positif au Covid-19: le Dow Jones perdait 1,46% et le Nasdaq lâchait -2,15%.

Jeudi, la Bourse de New York avait terminé modestement dans le vert, le Dow Jones Industrial Average, avait grappillé 0,13%. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avait avancé de 1,42% et l’indice élargi S&P 500 avait gagné 0,53%.

Les investisseurs digéraient vendredi de surcroît des chiffres de l’emploi mitigés, avec un taux de chômage en baisse à 7,9% pour septembre mais des créations d’emplois ralenties.

>> L’actualité boursière

Les Bourses mondiales en baisse

La Bourse de Tokyo a terminé dans le rouge vendredi et les places européennes ont dans son sillage ouvert en baisse.

L’indice vedette Nikkei a perdu 0,67%, à 23.029,90 points, tandis que l’indice élargi Topix a lâché 1% à 1.609,22 points, au lendemain d’une panne matérielle qui a paralysé les échanges sur la place nippone pendant toute une séance.

Les Bourses européennes ont suivi le même mouvement. La Bourse de Paris a ouvert en net recul (-1,13% pour le CAC 40), comme celle de Francfort (-1,00% pour le DAX) et celle de Londres (-1,1% pour le FTSE 100).

Les prix du pétrole s’enfoncent de nouveau de plus de 5%

Les cours du pétrole chutaient vendredi, au point de perdre brièvement 5% au lendemain d’une dégringolade similaire, malmenés par l’incertitude découlant de la contamination au Covid-19 de Donald Trump et par une offre d’or noir bien supérieure à la demande.

Vers 13H20 GMT (15H20 à Paris), le baril américain de WTI pour livraison en novembre abandonnait 4,91% par rapport à la clôture de jeudi, à 36,82 dollars.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour décembre valait 38,94 dollars à Londres, en chute de 4,79%.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous