Présidentielle américaine

Les inepties de Trump sur le coronavirus

Les inepties de Trump sur le coronavirus

Pendant des mois, Donald Trump a épinglé la prudence de Joe Biden face au Covid-19. Maintenant que le président américain, testé positif, est admis à l’hôpital, son rival démocrate profite de pouvoir faire campagne seul, à un mois de l’élection.

Trop tôt pour dire quel sera l’impact de ce rebondissement spectaculaire dans une campagne présidentielle déjà secouée par plusieurs événements historiques.

Mais l’ironie du retournement de situation pour les deux rivaux de la présidentielle du 3 novembre n’échappe à personne.

Trump se moquait de Biden

Mardi encore, lors du premier débat présidentiel, le milliardaire républicain s’était moqué des mesures strictes de précaution de son rival face au virus.

« Il peut parler à 60 mètres » de ses interlocuteurs « et il vient quand même avec le plus grand masque que j’aie jamais vu », avait lancé Donald Trump, 74 ans, sur le plateau.

Décrivant son rival comme un « Joe endormi », il avait martelé pendant les mois de confinement que le démocrate se « cachait dans son sous-sol » à Wilmington, dans le Delaware. Une phrase qui a fait mouche avec les partisans de Donald Trump, qui la répètent à l’envi.

Mais dans la nuit de jeudi à vendredi, le républicain a été testé positif au nouveau coronavirus. Contraint de suspendre sa campagne, il a été admis vendredi soir dans un hôpital militaire près de Washington.

Après de longues heures d’un silence pesant vendredi matin, Joe Biden, 77 ans, a finalement annoncé qu’il avait été testé négatif, malgré les 90 minutes passées sur la scène du débat. Puis le septuagénaire est parti pour le Michigan, un État du Midwest que Donald Trump avait remporté en 2016.

« Soyez patriote », il ne faut pas « jouer au dur » mais « porter un masque », a-t-il lancé, en portant justement un masque chirurgical, lors d’un discours à la tonalité sombre à Grand Rapids.

« C’est un rappel criant pour nous tous que nous devons prendre ce type de virus sérieusement », a-t-il martelé en plein air, devant des syndicalistes et un groupe restreint de journalistes, tenus comme pour tous ses discours à grande distance.

« Il ne va pas disparaître automatiquement », a ajouté le démocrate, alors que Donald Trump avait dit que le virus disparaîtrait « comme par miracle ».

Les sorties de Trumps sur le coronavirus

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous