Tour d’Italie: Simon Yates et Vicenzo Nibali ont limité les dégâts avec ce vent «dangereux»

Vincenzo Nibali
Vincenzo Nibali - Photo News

Sans compter le vainqueur du jour, l’Italien Filippo Ganna (Ineos Grenadiers), et en prenant comme référence le Britannique Geraint Thomas, le leader de la formation Ineos, Simon Yates (Mitchelton-Scott) n’a perdu que 26 secondes.

«Ce n’était pas un parcours pour moi, j’ai fait ce que j’ai pu et je suis content avec ce résultat», a expliqué le Britannique. «C’était assez dangereux avec le vent, surtout dans la longue ligne droite où le vent s’engouffre entre les immeubles, j’ai eu du mal à rester droit. J’ai failli tomber aussi et cela glissait pas mal. Je comprends la colère et la déception de Victor (Campenaerts, victime d’une chute et pestant contre le parcours glissant, non nettoyé selon lui). C’était une chance pour lui de prendre le maillot rose, et quand c’est comme ça, tu prends peut-être un peu plus de risque. Mais c’est le cyclisme, le parcours est le même pour tout le monde».

A la recherche d’une troisième victoire dans le Giro, Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) a concédé lui 1:06 à Thomas, mais il s’attendait à son chrono. «Le vent était le principal défi», a confirmé l’Italien d’habitude plus rapide que Yates dans les chronos. «Je suis content de ma façon de rouler. Les différences avec les autres coureurs pour le général sont minimes, sauf avec Thomas. Il a été vraiment très fort».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

  • Richard Carapaz (Ineos). @AFP

    Par Eric Clovio

    Route

    Vuelta: «La Roja» sur les épaules de Carapaz

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous