Plusieurs contradictions planent autour de la contamination de Donald Trump

Plusieurs contradictions planent autour de la contamination de Donald Trump

Ce samedi, lors d’une conférence de presse, le médecin du président américain a étonné en évoquant « 72 heures » depuis le diagnostic du président, une durée incohérente avec l’annonce publique du test positif de M. Trump, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Cela signifierait que Donald Trump a continué à travailler selon son horaire habituel, voyageant et travaillant à proximité de ses assistants et de son personnel, pendant plus d’une journée entière.

Mais une fois de plus, la Maison Blanche s’est empressée, quelques minutes après le briefing, de clarifier le calendrier de l’équipe médicale. Un autre assistant de la Maison Blanche a déclaré que le médecin avait voulu dire « jour 3 » au lieu de « 72 heures », puisque Trump a été diagnostiqué jeudi soir. Conley a officialisé la clarification quelques heures plus tard, en publiant ce qui équivaut à la quatrième déclaration de la Maison Blanche sur la journée.

Les infections sont probablement liées à plusieurs rassemblements républicains de la semaine dernière.

Samedi dernier, la Maison Blanche a organisé une cérémonie à Rose Garden pour présenter Amy Coney Barrett, le choix de Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. Les participants à l’événement étaient en grande partie sans masque, et il y a eu des réceptions à l’intérieur avant et après la cérémonie en plein air.

Dans les jours qui ont suivi, le président s’est rendu à plusieurs rassemblements et au premier débat présidentiel, le plaçant à plusieurs reprises, ainsi que ses principaux collaborateurs, à proximité immédiate.

Contradictions sur son état de santé

Le docteur Conley affirme que Trump se sent « très bien ». Il se dit « extrêmement heureux » de l’état de santé du président et ses symptômes « s’améliorent ».

Le président Donald Trump ne reçoit actuellement pas de supplémentation en oxygène et n’a plus eu de fièvre depuis 24 heures, a dit samedi le médecin de la Maison Blanche, Sean Conley. M. Trump, 74 ans, a souffert de toux, de congestion légère et de fatigue, selon lui, mais les symptômes « se réduisent et s’améliorent », a-t-il dit.

« Ce matin, le président se porte très bien », a déclaré M. Conley. « Comme indiqué hier, en consultation avec ce groupe, j’ai recommandé que nous amenions le président au Walter Reed par mesure de précaution afin de lui fournir une surveillance de pointe et tous les soins dont il pourrait avoir besoin ».

« Nous surveillons ses fonctions cardiaques, rénales et du foie, toutes sont normales. Le président ce matin n’est pas sous oxygène, il n’a pas de difficulté à respirer ni à marcher à l’intérieur de l’unité médicale de la Maison Blanche », a ajouté le docteur Sean Dooley.

Conley ne fixera pas de date pour le départ du président, car c’est « difficile à dire » si tôt. Il espère que le président n’aura pas besoin d’oxygène à l’avenir. Son niveau de saturation en oxygène, samedi, était selon lui de 96 %, ce qui est un niveau non dangereux.

Un état inquiétant

Cependant, un discours contradictoire se fait entendre. L’état de Trump ces dernières 24 heures était « très inquiétant », rapporte une source ayant connaissance de son état de santé.

Les signes vitaux du président Trump ont été « très préoccupants » au cours de la dernière journée et il n’est pas hors de danger, a également déclaré samedi le chef de cabinet de la Maison Blanche, contredisant un tableau plus rose dépeint par les médecins du président à la télévision quelques minutes auparavant. « Les signes vitaux du président au cours des dernières 24 heures ont été très préoccupants et les prochaines 48 heures seront cruciales en termes de soins », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous