Ligue 1: Nantes, réduit à 10, s’incline avec les honneurs à Nice (2-1)

Photonews
Photonews

Avec cinq petits points en six rencontres de L1, Nantes reste collé en fond de classement. Loin des ambitions initiales. Mais en jouant toute la rencontre en infériorité numérique, Christian Gourcuff peut estimer que la rencontre a été biaisée.

Nice est parvenu à en profiter. Dans la douleur, les hommes de Patrick Vieira ont remporté leur troisième victoire de la saison et comptent 10 points. Mais le Gym devra être meilleur s’il veut jouer l’Europe la saison prochaine.

Malgré la défection de Morgan Schneiderlin, touché aux adducteurs lors de l’échauffement et remplacé par Khephren Thuram, futur buteur, le Gym a pourtant bien débuté.

Rapidement, les Azuréens, qui portaient un brassard noir dédié aux victimes de la tempête Alex habitant les vallées de la Vésubie, de la Tinée et de la Roya, se sont même retrouvés en supériorité numérique.

La faute d’Andrei Girotto sur Hassane Kamara est été considérée comme grave par M. Letexier, assistant vidéo de l’arbitre M. Brisard, qui n’avait pourtant pas averti le Nantais sur l’action (3e). Suite à l’intervention de la VAR, les Canaris se sont retrouvés à dix.

En 4-4-1, ils ont défendu pendant toute la première période. Et sans l’intervention d’Alban Lafont devant Kasper Dolberg (10e) ou la maladresse du Danois sur un centre parfait de Kamara, bien remis (22e), ils auraient dû être largement menés à la pause.

Certes, sur leur troisième corner, les Niçois ont enfin ouvert la marque. Pour son quatrième but en L1 sous les couleurs niçoises (son 2e de la saison), Dante s’est joué de son cerbère, Nicolas Pallois, en lui passant devant pour marquer de la tête (1-0, 27e).

Mais juste avant la pause la VAR est encore entrée en action. Sur une reprise du haut de l’épaule du très bon attaquant Randal Kolo Muani, légèrement détournée de la main par Andy Pelmard, M. Brisard a été invité à visionner l’action. Verdict : penalty, transformé aisément par Imran Louza (1-1, 45e+5).

Vieira a peu apprécié. À la reprise, Flavius Daniluc a remplacé le Niçois fautif, averti à cette occasion. Malgré un Amine Gouiri consistant, Nice a eu bien du mal à se créer de nouvelles belles occasions.

Après que Dante a failli marquer contre son camp (51e), la lueur rouge et noire est venue de Thuram. Le frère de Marcus a ouvert, d’une frappe du gauche, son compteur but en L1 après une incursion avortée de Gouiri (2-1, 62e).

Malgré ce nouveau coup, Nantes ne s’est jamais avoué vaincu. Jusqu’à l’ultime seconde, les Jaunes se sont battus, à l’image de Renaud Emond (90e+3). Sans succès…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Photo News

    Par Philippe Gerday

    Ligue des Champions

    Real Madrid: l’heure du vrai départ pour Eden Hazard

  • AFP

    Par Philippe Gerday

    Ligue des Champions

    Ligue des champions: Munich 1993 est loin pour Marseille

  • PHOTONEWS_10875570-176

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Sporting de Charleroi: Cristophe Diandy, la force tranquille

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous