Kenzo, le pouvoir des fleurs

Le jeune hippie ne faisait que passer à Paris. Il y restera 50
ans.
Le jeune hippie ne faisait que passer à Paris. Il y restera 50 ans. - photonews

Saleté de coronavirus. Nous enlever Kenzo, c’était vraiment un coup bas.

Il y a moins d’un an, le 23 janvier 2020, on le croisait dans les coulisses de l’ultime défilé de Jean Paul Gaultier au théâtre du Châtelet, à Paris. Même allure juvénile. Eternelle. Octogénaire, ce gamin souriant, une main dans la poche de son costume marine ? De Gaultier, il nous avait dit ce soir-là : « Il a apporté tellement de choses à la mode, à Paris, à la France. Et plus que tout : son incroyable humour ! » Gaultier pourrait dire la même chose de lui aujourd’hui.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous